Terra Madre. In omaggio all’immaginario della Nazione Inuit.

 Jean Malaurie, Terra Madre. In omaggio all’immaginario della Nazione Inuit, prefazione e traduzione di Giulia Bogliolo Bruna, Milano, EDUCatt, 2017.

Cri d’alarme en défense de la planète menacée par la folie mortifère d’un Occident matérialiste et consumériste qui défie l’ordre naturel, Terre Mère de Jean Malaurie (CNRS Éditions, 2008) vient de paraître en version italienne, dans l’élégante et fidèle traduction de Giulia Bogliolo Bruna, sous le titre Terra Madre. In omaggio all’immaginario della Nazione Inuit chez EDUCatt, les prestigieuses Presses de l’Université Catholique Sacré-Cœur de Milan.

Ethno-historienne, membre du Centre d’Études Arctiques et spécialiste de la culture inuit et de l’œuvre malaurienne[1], Giulia Bogliolo Bruna signe une Préface empathique et argumentée qui permet au lecteur transalpin de contextualiser ce court essai aux accents prophétiques – dont la brièveté n’a d’égal que la profondeur –  au sein de la riche production scientifique de l’éminent Savant.

Jean Malaurie, Terra Madre. In omaggio all’immaginario della Nazione Inuit, prefazione e traduzione di Giulia Bogliolo Bruna, Milano, EDUCatt, 2017.

Texte militant, foncièrement humaniste et prémonitoire, Terra Madre reproduit pour partie le Discours prononcé, le 17 juillet, à l’UNESCO par le prof. Jean Malaurie à l’occasion de sa nomination à la fonction d’Ambassadeur de bonne volonté pour les régions polaires arctiques ainsi que l’essai inédit intitulé Leur préscience est primitive, et ils sont innocents !

Dans un télescopage temporel où le passé, illo tempore, s’entrecroise avec un présent chaotique et chronophage qui ouvre à un futur apocalyptique, Jean Malaurie dénonce les politiques écocidaires qui sacrifient la diversité biologique et culturelle sur l’autel du profit : « La Terre souffre. Notre Terre Mère ne souffre que trop. Elle se vengera. Et déjà les signes sont annoncés ».

Face au réchauffement climatique accéléré, dont les causes sont géophysiques et humaines, naturelles et culturelles, les Peuples-Racine du Grand Nord, et notamment les Inuit, sont confrontés à un véritable choc des cultures, à une crise civilisationnelle majeure aux conséquences tant dramatiques qu’imprévisibles. Et ce, car « notre ignorance, alerte Jean Malaurie, devant nombre de paramètres responsables de ces grands problèmes, devrait confondre d’humilité l’expert. Oui nous sommes dans la brume ».

Ainsi l’Anthropogéographe plaide-t-il en faveur d’un humanisme écologique appelé à articuler la philosophie naturelle des Peuples Premiers et les enjeux de la post-modernité, prônant un modèle durable de croissance économique et une répartition équitable des fruits de la croissance économique.

Or, les Inuit, “écologistes nés”, sont dépositaires d’une philosophie naturelle millénaire qui célèbre la sacralité de la Terre, à laquelle l’Occident technocratique, sans repères sacrés et spirituels, devrait s’inspirer.

L’encyclique Laudato si’ de Papa Francesco invite à penser une écologie intégrale qui s’apparente, comme le rappelle Giulia Bogliolo Bruna dans la Préface, à la pensée écosophique malaurienne: « il est indispensable d’accorder une attention spéciale, écrit le Saint Père, aux communautés aborigènes et à leurs traditions culturelles. Elles ne constituent pas une simple minorité parmi d’autres, mais elles doivent devenir les principaux interlocuteurs, surtout lorsqu’on développe les grands projets qui affectent leurs espaces. En effet, la terre n’est pas pour ces communautés un bien économique, mais un don de Dieu et des ancêtres qui y reposent, un espace sacré avec lequel elles ont besoin d’interagir pour soutenir leur identité et leurs valeurs. Quand elles restent sur leurs territoires, ce sont précisément elles qui les préservent le mieux » [2].

Parole engagée au service de l’humain et de la planète, Terra Madre. In omaggio all’immaginario della Nazione Inuit de Jean Malaurie retrace en parallèle et en filigrane l’anamnèse de l’inuitisation du jeune Anthropogéographe, une « conversion » dans l’acception étymologique latine qui l’a conduit à une véritable métamorphose identitaire.

Lors de la première mission géographique et ethnologique française (1950-1951) dans le district de Thulé qu’il conduit en solitaire, Malaurie s’initie, à l’école des Inughuit, ces gens « aux pouvoirs premiers », à une compréhension plus intime de la matière.

Imprégné par l’esprit de Jean-Jacques Rousseau et habité par la philosophie naturelle des Inuit, qui ne contemple aucune fracture ontologique entre les règnes, Malaurie, souligne Bogliolo Bruna dans la Préface, parvient à une « intelligence autre de la Nature » perçue comme un Tout unitaire et vitaliste.

Au travers d’une approche écosystémique, il s’efforce de rechercher l’ordre invisible auquel les mythiques Rois de Thulé, sa «famille de glace», s’inspirent dans leur organisation sociale de matrice anarcho-communaliste fondée sur un «égalitarisme structurel» et un «élitisme fonctionnel». Pour ce faire, Jean Malaurie mobilise une approche plurielle à la fois rationnelle, sensorielle et géo-poétique.

Au gré d’une socialisation avec ses compagnons Inuit – aussi intime que subtilement tissée- il passe de la pierre (ujarak) à l’homme (Inuk), de l’homme au cosmos.

On ne voyage jamais impunément…

La découverte du Grand Nord enfante ainsi un homme nouveau.

Au contact de ses compagnons Inughuit, le jeune Anthropogéographe redécouvre sa « primitivité du Nord », une virginité sensorielle que son acculturation occidentale avait brimée et enfouie.

Inuitisé, il se reconnaît alors « homme naturé » : « J’ai compris que je ne ferai jamais ʺʺmon deuil«  de l’Inuit que j’étais devenu, de l’indicible bonheur et de la paix intérieure que ce nouvel état m’avait apporté. […] J’avais découvert un monde d’une innocence édénique, un peuple d’avant la chute d’Adam, des hommes et des femmes en communion avec l’Origine».

Suivant une éthique de la responsabilité élargie, il appelle l’Occident à accueillir la parole inspirée de Peuples Premiers enracinés dans la Nature.

Ago quod agis.

Depuis plus d’un demi-siècle, Malaurie s’insurge contre une mondialisation sauvage qui ampute l’Universel de ses singularités et ne cesse d’alerter l’opinion publique, les responsables politiques et les media sur les dangers qu’encourt la planète.

Face au dérèglement climatique, les Peuples Premiers ne sont ni en dehors ni en arrière de l’Histoire: ils sont appelés à être les éveilleurs d’un Occident en perte de repères.

Sous le signe d’un humanisme vécu, l’ancien Réfractaire, qui s’était rebellé contre la barbarie nazie, se fait façonneur d’avenir : « il faut, plaide-t-il, que la conscience de tous devienne une conscience écologique ».

Il faut respecter notre Terre Mère « nourricière non seulement biologique de notre vie, écrit Malaurie, mais, encore, spirituelle, de notre civilisation, de nos imaginaires, de nos rêves, de nos cultures, et en fait de notre humaine condition ».

Sila, l’air, Nuna, la terre, Imaq la mer : « tout est caresse de Dieu »[3].

A l’écoute de la sagesse de la Terre, rappelle Bogliolo Bruna, Malaurie sacralise son être-au monde et parvient à une « écosophie inspirée ».

Giulia Bogliolo Bruna, ethno-historienne, membre du Centre d’Études Arctiques et spécialiste de la culture inuit et de l’œuvre malaurienne

[1]  On renvoie à Giulia Bogliolo Bruna, Jean Malaurie. Une énergie créatrice, Paris, Armand Colin, coll. « Lire et comprendre », 2012 [traduction italienne : Equilibri artici : l’umanesimo ecologico di Jean Malaurie,  (prefazione Anna Casella Paltrinieri, postfazione Luisa Faldini)] Roma, CISU, 2016.

[2] Papa Francesco, Encyclique Laudato si’ , Roma, 2015, p.113.

[3] Papa Francesco, Encyclique Laudato si’ , p.66.

Hommage à Jaime Aguirre-Puente

Hommage à Jaime Aguirre-Puente, Directeur de recherche au CNRS, Physique du froid, membre d'honneur de l'Institut International du froid.

La recherche en sciences de la terre a connu une grande perte avec la disparition de mon ami Jaime Aguirre-Puente, d’origine mexicaine. Il s’est imposé dans l’étude du froid en tant qu’ingénieur à l’école de ponts et chaussées de Paris, puis en tant que physicien théorique au laboratoire d’aérothermique au CNRS, dont il a été nommé directeur.

Je rends hommage à son oeuvre et à sa personnalité humaniste. En tant que géomorphologue en hautes lattitudes et géo-cryologue, j’ai régulièrement collaboré avec cet éminent chercheur. J’ai fait sa connaissance pour la première fois lors d’un congrès soviétique en Sibérie centrale, au Pôle du froid à Iakautsk en juillet 1973, et l’ironie de la vie, ce sont mes amis russes qui m’ont présenté à lui. D’une très grande compétence avec un esprit interdisciplinaire qui est rare chez les personnes des sciences dures (les géographes et naturalistes), Jaime Aguirre-Puente est une des personnalités scienctifiques les plus attachantes.

Au Havre, du 23-25 avril 1975, avec le concours  du CNRS, du centre d’études arctiques, il a été organisé sous notre présidence commune, un congrès international associant les géomorphologues des hautes lattitudes, aux ingénieurs des matériaux et aux spécialiste de l’Institut International du froid. Ce congrès de 300 spécialistes conduits sous l’égide de la Fondation française d’études nordiques que j’ai fondé en 1974, a permis lors de ces trois jours de discuter 44 articles de grande qualité, par 112 participants représentant quatorze pays. Tous ces travaux,  débats et rapports ont été publiés en deux volumes (Vol. I 305 pages et Vol. II 600 pages)  par la Fondation française d’études nordiques à Rouen et diffusés par le Centre d’Études Arctiques Paris (CNRS/EHESS).

Actes et documents N°6 – Les problèmes posés par la gélifraction – Vol. I – Préface de Jaime AGUIRE PUENTE- Paris, 1977

La disparition de mon ami Jaime Aguirre-Puente m’affecte particulièrement. Il y avait en lui une humanité inspirée par l’esprit amérindien que j’ai rarement rencontré entre collègues de disciplines différentes. Ce congrès unique transdisciplinaire que nous avons présidé tous les deux au Havre,  a été grâce à lui, d’une chaleur exceptionnelle entre physiciens, ingénieurs, géologues et géomorphologues. Le malheur de l’Enseignement supérieur en France, c’est que les spécialistes n’aiment pas se confronter entre collègues et restent sur leur quant à soi dans le cadre de leur discipline, comme s’ils risquaient de perdre leur singularité en brassant les savoirs.

On trouvera dans Arctica I : écosystème en hautes lattitudes, un article très original publié par le CNRS éditions en 2016, intitulé la pluridisciplinarité : un devoir du scientifique (pp 187-195)

EXTRAIT : << Les trente et une expéditions arctiques conduites par Jean Malaurie, les recherches assurés en laboratoire et sur le terrain par nos équipes et celles de beaucoup d’autres pays, sur les aspects théorique, physico-chimique et mathématique, l’évolution des populations des régions extrêmes circumpolaires et, plus largement, partout dans le monde, ont conduit depuis des dizaines d’années au constat de ce phénomène redoutable : le « réchauffement climatique » de la planète.
Malheureusement, ce n’est qu’à la fin des années 1990 que les responsables de quelques pays ont porté une attention sérieuse à ce problème. Espérons que ce ne soit pas trop tard. Des regrets, nous en avons tous ; les miens portent sur le fait qu’à la fin de ma carrière au CNRS, en raison de la direction du Centre de géomorphologie de Caen assumée de 1991 à 1995, puis de ma retraite en 1998 et d’un séjour de trois ans dans mon pays, je n’ai pas pu participer directement aux réflexions conduites notamment par le GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat). C’est donc bien tardivement qu’au cours du congrès de Copenhague en décembre 2009, à partir des réactions plus politiques et économiques, qu’objectives et altruistes, mon indignation m’a conduit à me pencher davantage sur ce problème. La quatrième Année polaire internationale fut ouverte en France au Muséum national d’Histoire naturelle (Paris 8-10 mars 2007) sous la direction de Jean Malaurie. Le changement du climat fut l’un des thèmes centraux de ce congrès. Les plus importants spécialistes russes, allemands, anglais, américains, danois, canadiens et français étaient présents. C’est au cours de ce congrès que le cinquantenaire du Centre d’études arctiques (1957-2007) fut consacré par le ministère de la Culture et de la Communication comme « manifestation culturelle et scientifique d’importance nationale ». Ce congrès s’est tenu sous le haut patronage de Jacques Chirac qui a ouvert ce congrès par un discours personnel remarqué.>>

Le Centre d’Études Arctiques présente ses condoléances très émues à sa famille. Parmi mes compagnons, j’ai perdu un ami.

Jean MALAURIE

 

Le viol du mythe de « Thulé » par les nazis : antisémitisme et antichristianisme

Culture et Société
Cahiers Bernard Lazare (Nouvelle série n°397-398 – Septembre-Octobre 2017)

Retrouvez l’interview de Professeur MALAURIE par Léa MOSCONA dans les Cahiers Bernard Lazare (Nouvelle série n°397-398 – Septembre-Octobre 2017).

[EXTRAIT]

<< DE PARIS A THULE : Le destin d’un jeune réfractaire au STO

Toute sa vie, le Professeur Jean Malaurie l’a vécue en inspiré, conduit par une volonté acharnée de comprendre le monde qui l’entoure. Découvrir le mystère des origines, c’est bien son destin, un destin inspiré par le grand paléoanthropologue Pierre Teilhard de Chardin.

Très jeune déjà, Jean Malaurie a une idée de ce qu’il attend de son éducation. Il n’a jamais aimé l’enseignement scolaire qu’on lui impose. Issu d’une famille chrétienne janséniste, bourgeoise et érudite, on attend de lui qu’il ait un poste important ; il étudie, mais sans conviction. « Je me prête, mais je ne me donne pas » dit-il. Il se donnera en effet, mais plus tard, pour une éducation qu’il aura choisie dans ces territoires lointains du Grand Nord avec pour maître le grand Chaman Uutaaq.

En 1943, préparant alors Normal Sup, il est rattrapé par la guerre, le décret Sauckel impose aux classes d’âges de 1920, 1921, 1922, le dégradant STO (Service du travail obligatoire pendant 2 ans, il a concerné 660 000 travailleurs obligatoires pour l’Allemagne nazie).

Se déclarer vaincu, se soumettre à l’Allemagne nazie, JAMAIS !

Il prend en main son destin. Le jeune homme de 20 ans, sait ce qu’il doit faire. Il a ce pressentiment, cette certitude qu’il appellera plus tard « la préscience sauvage ».

Jean Malaurie, réfractaire, entre en résistance. Les temps sont durs, il est d’abord dans le Vercors, clandestin, seul, démuni, activement recherché par la police mais cet instinct primitif le guide.

[…] >>

Terre Humaine à l’honneur

La collection Terre Humaine sera à l’honneur à l’occasion de la 39ème édition du Livre sur la place.

Événement incontournable à Nancy, le Livre sur la Place est le premier salon national de la rentrée littéraire. Romans, essais, bandes dessinées, tous les genres sont représentés au cœur d’un dialogue sous le signe de l’art et de l’esprit, de l’humour et de l’émotion, de la gravité et de la légèreté… À retrouver les 8, 9 et 10 septembre sous le chapiteau, place de la Carrière, de 10h à 19h.

« Nancy reste fidèle à Terre Humaine puisque lors d’une des précédentes éditions, j’ai été l’hôte d’honneur de ce prestigieux salon nancéien du Livre sur la place« 

Jean Malaurie

Appel de Davi Kopenawa Yanomami, chaman et porte-parole yanomami

Chères amies, chers amis,

Un génocide se déroule en ce moment-même dans notre pays, le Brésil.

Notre gouvernement est en train de nous détruire, nous les peuples autochtones, premiers habitants de notre pays. Au nom du profit et du pouvoir, notre terre nous est volée, nos forêts sont brulées, nos rivières polluées et nos communautés dévastées. Nos proches, membres des tribus isolées qui vivent au cœur de la forêt, sont régulièrement agressés et tués.

Notre gouvernement diminue la protection de nos territoires, change la loi pour permettre à l’agro-industrie et à l’industrie minière d’en prendre le contrôle et cherche à faire taire notre mouvement de contestation. C’est l’attaque la plus violente que nous ayons eue à subir de notre vivant.

Mais nous ne nous tairons pas. Nous refusons que les richesses de notre terre soit volées ou vendues. Car d’aussi loin que nous nous souvenions, nous avons toujours pris soin de nos terres. Nous protégeons notre forêt car elle nous donne la vie.

Frères et sœurs autochtones issus de plus de 200 tribus, nous avons uni nos voix en signe de contestation. Depuis le cœur de la forêt amazonienne, nous vous lançons un appel. Il y a urgence, nous avons besoin de votre aide : faites savoir à notre gouvernement que notre terre ne peut être volée.

S’il vous plait, aidez-nous ! Et aidez notre planète ! 

Davi Kopenawa Yanomami, chaman et porte-parole yanomami

Davi Kopenawa et Bruce Albert : signature du contrat Plon/Terre Humaine à São Paulo, mars 2009. Cette signature a symboliquement lieu devant deux ouvrages : Tristes Tropiques, au dessus des Derniers Rois de Thulé, les livres fondateurs de la collection Terre Humaine. Copyright M.W. de Oliveira, 2009.

Jean Malaurie aussitôt prévenu par Survival international Londres, dont il est un des Présidents d’honneur à Paris, se propose d’alerter l’UNESCO au plus haut niveau en lui demandant d’intervenir auprès du gouvernement du Brésil. Il a promis de tenir en courant Survival International des suites de cette intervention.

Lors de la réunion annuelle des Ambassadeurs de bonne volonté de l’UNESCO, le 20 avril dernier, Jean Malaurie a rappelé que cette institution ne parvenait pas à protéger les peuples autochtones, qui reconnait pourtant que tous les 15 jours, un peuple disparait avec son héritage (sa langue, sa culture et ses droits). Jean Malaurie est un défenseur résolu de toutes les minorités et regrette que la Charte des Nation unis adoptée le 26 juin 1945 à San Francisco en faveur notamment des droits de l’homme, mais sans spécifier que ces droits sont attachés à une culture. Le Professeur René Cassin, Prix Nobel, qui est un inspirateur de cette Charte, l’a reconnu auprès de Professeur Jean Malaurie, mais qu’il appartenait aux Nations Unis de procéder à ce complément. Jean Malaurie se bat à l’UNESCO pour cette reconnaissance, ainsi qu’un enseignement protégeant ces peuples dans leur lente évolution. Le colonialisme mental sous toutes ses formes est une infamie.

Davi Kopenawa avec Bruce Albert a écrit ce livre unique dans la collection Terre Humaine, La chute du ciel – Paroles d’un Chaman Yanomani.

 

Le site internet Terre Humaine fait peau neuve

http://terre-humaine.fr/

Terre Humaine a créé dans les sciences sociales et la littérature, depuis quarante ans, un courant novateur dont on n’a pas fini de mesurer la fécondité. Traquant la vie, cette collection de regards croisés a, d’abord, renouvelé la littérature de voyage et construit, livre après livre, une anthropologie à part entière, toute interprétation ne s’élaborant que sur une expérience vécue et même un engagement. L’exploration de l’univers n’a pas de fin. Le spectacle de la vie reste une découverte, et les théories concernant les sociétés humaines s’avèrent, les unes après les autres, toutes aussi fragiles. L’homme est un inconnu pour lui-même. Les auteurs les plus célèbres (Zola, Lévi-Strauss, Ramuz, Segalen, Balandier, Duvignaud, Hélias, Lacarrière, Thesiger, Ripellino, Lucas) rejoignent, avec un air de famille, ouvriers, paysans, marins les plus anonymes — certains parfois même illettrés (témoignages en direct d’autochtones) — pour faire prendre conscience au lecteur, non seulement de la complexité des civilisations et des sociétés, mais de sa propre intelligence des problèmes. Elle est stimulée par une totale indépendance des auteurs. Dans une vivante interdisciplinarité, dans un brassage de milieux et de classes, à niveau international, Terre Humaine propose, ses lecteurs disposent.
Toujours d’avant-garde avec ses 110 ouvrages parus et tous disponibles dont 45 édités dans Terre Humaine/Poche, cette collection pionnière saluée par toute la presse et l’opinion — et qui comporte de nombreux best-sellers traduits dans le monde entier — se veut, dans un combat résolu en faveur des minorités, un appel à la liberté de pensée.

Jean Malaurie
Fondateur et Président d’honneur de la collection Terre Humaine

— — —

Terre Humaine n’est pas une collection littéraire comme les autres : c’est un monument intellectuel, édifié pierre après pierre pendant toute la deuxième moitié du XXe siècle par Jean Malaurie, son créateur.
Terre Humaine est une œuvre de solidarité avec l’immense cohorte des sans-voix : survivants des peuples premiers écrasés par la modernité conquérante, héritiers des cultures de métiers sacrifiés par le progrès technique, témoins des savoirs populaires repoussés dans les marges des sociétés industrielles. A toutes ces expériences humaines, à toutes ces cultures menacées, persécutées, presque disparues, Terre Humaine rend hommage et justice.
Elle le fait avec une constante exigence formelle. Car cette collection anthropologique s’est construite dans un esprit de résistance au scientisme et à l’académisme universitaire : Terre Humaine est avant tout une réunion d’œuvres littéraires. De Tristes Tropiques aux Derniers rois de Thulé, du Cheval d’orgueil à L’Eté grec, les nombreux chefs d’œuvre de son catalogue sont des textes d’une remarquable beauté formelle.
Il est essentiel aujourd’hui d’assurer à cette collection l’avenir qu’elle mérite. Le Comité Terre Humaine que j’anime s’efforcera de relever ce défi, de cultiver cette exigence, de poursuivre ces combats, dans la fidélité au créateur de cette œuvre.
Dans la période de bouleversements et de violence que nous vivons, marquée par les crispations identitaires, le fanatisme religieux, la méfiance de l’autre, Terre Humaine reste un repère, un outil, un phare qui, plus nécessaire que jamais, doit continuer à vivre et à nous montrer un autre chemin.

Jean-Christophe Rufin
Nouveau Directeur de la collection Terre Humaine

GERME DU NAZISME : la « société de Thulé » (Thule-gesellschaft )par Léa MOSCONA

par Léa MOSCONA - Article extrait de la revue L'Arche,  Un média Fonds Social Juif Unifié

Le Professeur JEAN MALAURIE dénonce « le viol du mythe de Thulé » par les nazis : antisémitisme et antichristianisme

LANCEUR D’ALERTE, il met en garde contre les risques de notre époque 

(le Professeur Jean Malaurie est Directeur de recherche émérite au CNRS et à l’EHESS à Paris)

Bien plus qu’un grand scientifique, le célèbre explorateur du Grand Nord, spécialiste des Inuit du Groenland et fondateur de la mythique collection TERRE HUMAINE, est un homme qui voit loin.

Fondateur du Centre d’études arctiques au CNRS et à l’EHESS à Paris (1957) et Président-fondateur de l’Académie Polaire d’Etat (1994, école des cadres des 26 peuples sibériens, 500 000 h et f) de Saint Pétersbourg (université russe de 1 600 élèves dont la première langue étrangère enseignée est le français), il a toujours bousculé le protocole, dérangé, remis en question l’ordre établi pour changer le monde. Ce monde qui ne lui convient pas, parce qu’il exclut les minorités. Jean Malaurie se bat pour le droit à la différence : « La pluralité, c’est l’intelligence du monde » dit-il.

Tout commence pour lui par le traumatisme de l’occupation allemande et la plus humiliante des défaites de l’histoire de France. Il a la haine du nazisme dans le cœur, de l’idée même d’une « race supérieure » qui veut asservir les « races voisines ».

Dans la troisième édition d’Ultima Thulé, une merveilleuse bible de plus de 400 pages parue aux éditions du Chêne, relatant l’histoire conflictuelle de la conquête du Pôle, Jean Malaurie dénonce « la tentative de viol du mythe de Thulé » par les nazis. Thulé, au Nord-Ouest du Groenland, est au cœur de la mythologie grecque apollinienne. Un haut lieu qu’il découvre en 1950, lors de sa première mission en solitaire et où il entreprend ses recherches sur les pierres, les éboulis et sur la glacio-isostasie ; mais surtout, sur une « pensée sauvage » d’un peuple arctique, les Inuit, disposant d’une organisation sociale complexe (un anarcho-communalisme) et une culture animiste.

DE PARIS A THULE : Le destin d’un jeune naturaliste inspiré devenu spécialiste de l’animisme

Toute sa vie, le Professeur Jean Malaurie l’a vécue en inspiré, conduit par une volonté acharnée de comprendre le monde qui l’entoure. Découvrir le mystère des origines, c’est bien son destin, un destin inspiré par le grand paléoanthropologue Pierre Teilhard de Chardin qui devint l’un de ses maîtres.

Une jeunesse marquée par la guerre ; il est réfractaire au STO

Très jeune, Jean Malaurie a une idée de ce qu’il attend de son éducation. Il n’a jamais aimé l’enseignement scolaire qu’on lui impose. Issu d’une famille chrétienne janséniste, bourgeoise et érudite, on attend de lui qu’il ait un poste important ; il étudie, mais sans conviction. « Je me prête, mais je ne me donne pas » dit-il. Il se donnera en effet, mais plus tard, dans le cadre d’une éducation qu’il aura choisie dans ces territoires lointains du Grand Nord avec pour maître le grand Chaman Uutaaq.

En 1943, préparant alors Normal Sup, il est rattrapé par la guerre ; le décret Sauckel impose aux classes d’âges de 1920, 1921, 1922, le dégradant STO (Service du travail obligatoire de 2 ans ; 660 000 travailleurs obligatoires l’ont accepté pour l’Allemagne nazie et sont partis outre-Rhin).

Se déclarer vaincu, se soumettre à l’Allemagne nazie, JAMAIS !

Il prend en main son destin. Le jeune homme de 20 ans, sait ce qu’il doit faire. Il a ce pressentiment, cette certitude qu’il appellera plus tard « la préscience sauvage ».

Jean Malaurie devient « réfractaire ». Après avoir manqué son départ d’un quart d’heure, avec un Réseau, pour rejoindre les troupes françaises au Maroc en mai 44, il part pour le Vercors avec de faux documents, seul, démuni, activement recherché par la police mais cet instinct primitif le guide. Les temps sont durs, la délation est un vice national et elle est encouragée au point d’être une vertu patriotique au titre de la Relève. L’arrestation est suivie d’une immédiate déportation dans des camps, « plusieurs de mes camarades y sont morts dans des conditions indignes » se souvient-il. (Carte de Réfractaire n° 3730, Office National des Anciens Combattants, Paris 1961).

Orphelin de père depuis avril 1939, il perd sa mère, une mère héroïque qui, harcelée par la police, le protègera jusqu’au bout, au bout de ses forces qui lâchent de souffrance et d’angoisse. Jean Malaurie décide alors, s’il s’en sort, de refaire son éducation ailleurs, loin de cet Occident qui s’est déshonoré ! Le plus loin possible. Ce sera le Grand Nord.

[…]

La création de « TERRE HUMAINE » : Une Terre de Liberté

La décision

Juin 1951, c’est la découverte d’une base nucléaire américaine destinée aux bombardiers nucléaires à Thulé. Les Américains, US Air Force, violent le territoire des Inuit. Qui plus est : ils les déportent durant l’hiver 1953 avec le consentement des autorités danoises. Jean Malaurie, le 18 juin 1951, accompagné par 2 chasseurs Inuit, armés sur ordre de Uutaaq, y vit un moment terrifiant.  Menacé par les militaires, il leur tient tête en contestant fermement leur présence. « Go home ! » lance-t-il au Général, au nom des Inuit dont il est l’ambassadeur ; il n’a que 28 ans. C’en est trop !

C’est à ce moment précis qu’il décide d’écrire son premier ouvrage devenu mythique « Les derniers rois de Thulé », éditions Plon. La création de TERRE HUMAINE est lancée.

L’Occident est coupable d’une offense, que Jean Malaurie appelle « une infamie », faite à un peuple qui a pour seul « crime » d’être différent, païen, d’être capable de s’autoréguler, de s’autogérer. Ces Inuit ont une conviction ; ils sont inspirés et cela leur suffit!

Et comme le dit le philosophe russe Léon Chestov dont Jean Malaurie partage la pensée «Nous ne pouvons pas enfermer la vérité dans des principes scientifiques» (« Les révélations de la mort », éditions Librairie Plon, 1923). Les Inuit ont leur vérité : cette « pensée sauvage » que Jean Malaurie et ses amis Claude Lévi-Strauss et Roger Bastide, mais aussi celui que Jean Malaurie estime être notre maître à tous, Gaston Bachelard, ont imposée comme l’égale de la raison occidentale.

« J’ai créé TERRE HUMAINE avec la haine du nazisme dans le cœur »

Pour Jean Malaurie réduire à néant le savoir ancestral d’un peuple, c’est porter atteinte à l’humanité toute entière. « Ces peuples racines sont nos pères, notre mémoire originelle, la plus proche du mystère de la création ».

TERRE HUMAINE est une «Terre de liberté » dit-il, qui donne de la sagesse, de l’intelligence à toutes les cultures. Pour Jean Malaurie, il existe différents chemins de la connaissance. Les peuples, dit-il, qu’ils soient intouchables, muets, analphabètes, voire « braqueurs de banques » ou breton bigouden : « le cheval d’orgueil », expriment, tout comme les grands philosophes, le mystère du capital sacré de l’humanité. Chaque peuple dit sa vérité mais à son heure. L’anthropologie scientifique se révèle être en accord avec le Livre des Psaumes (Psaume 117) « Les nations du monde loueront et glorifieront le nom de Dieu, car la bonté et la vérité de Dieu sera sur nous tous pour toujours ». Jean Malaurie a également publié quatre livres fondamentaux de la pensée Yiddish, notamment « Les oubliés du Shtetl » de Yitshak L. Peretz en 2007.

TERRE HUMAINE que Marie-Madeleine Fourcade, chef de l’un des plus grands réseaux de résistance « Alliance » et amie de Jean Malaurie, considérait comme la suite naturelle de son action ; elle en témoigna par écrit.

Comment la pseudo-philosophie nazie affirmant l’existence d’une race supérieure teutonne, conquérante et « pure », le mythe de la grande Allemagne d’esprit raciste, ne pouvait-elle pas bouleverser le cœur de cet homme?

Aujourd’hui, Jean Malaurie veut dénoncer cette tentative de viol du mythe de Thulé par les nazis qui avilit l’histoire de ce lieu qui lui est si cher.

LE VIOL DU MYTHE DE THULE

Les cinq Thulé

Thulé, c’est avant tout un lieu mythique issu de l’antiquité grecque, terme mystérieux qui désigne une Ile du grand Nord à l’extrémité septentrionale du monde et habité par le peuple des hyperboréens, les Parfaits ; c’est celle que l’explorateur grec Pythéas citait en 330 av JC, c’est la Thulé que les nazis manipulent avec cet art du mensonge qui leur est propre. L’origine du mot peut être aussi celtique, voire sanscrit. Il y a ensuite, la Thulé / comptoir créé en 1910 par l’explorateur danois Knud Rasmussen au Nord du Groenland et internationalisée par sept expéditions ethnologiques, les deux dernières, sur la côte Est du Groenland, en 1932 et 1933. Les archéologues ont, pour leur part, désigné « culture de Thulé », l’une des périodes Inuit, après l’épisode Inugshuk, autour de l’ère chrétienne. Goethe, quant à lui, a immortalisé ce nom en 1774 dans le poème « Der König von Thulé » puis plus tard, en 1808, pour désigner un château mythique dans « Faust ». Enfin, la Thulé contemporaine, c’est celle de Jean Malaurie, la base nucléaire aujourd’hui qu’il veut « re-groenlandiser » et démilitariser pour qu’elle reprenne vie ; c’est le pays des hyperboréaux, la terre des Inuit dont il est l’Ambassadeur de bonne volonté pour l’Arctique à L’Unesco.

La « Société de Thulé » (Thule-gesellschaft), berceau du parti nazi

La Thulé mythique, sacrée, de la mythologie grecque est une source de mystères que certains illuminés s’approprient pour justifier l’existence d’une race humaine supérieure nordique : les Aryens. Ces hommes « de race pure » auraient vu le jour dans l’hypothétique Hyperborée, centre magique des peuples germaniques. Thulé est donc devenue une sorte d’Atlantide du Nord.

C’est en 1918 à Münich que Rudolph von Sebottendorf, un aventurier turco-allemand créa un groupe ésotérique, la « Société de Thulé », basée sur cette idéologie de la « race supérieure » et sur une culture völkisch teutonne largement développée en Allemagne depuis le XIXème siècle ; elle se définit par le racisme, l’antisémitisme, l’antichristianisme etle pangermanisme. Cette pseudo-idéologie pense que le peuple allemand doit renouer avec ses lointaines racines, celles d’un peuple fort : les Aryens d’Hyperborée ; elle eut pour ambition d’imposer la religion païenne teutonne en éradiquant toutes les autres qui risquent de la « polluer ». Il existe alors en Allemagne un ésotérisme d’extrême-droite et l’idée que le nazisme cherche à répandre selon laquelle la race germanique ancestrale est menacée particulièrement par les juifs.

Rudolph Hess, l’un des plus proches compagnons d’Adolf Hitler et Heinrich Himmler, criminel nazi, Reichführer-SS, Chef-fondateur des SS sont, tous deux, avec le Maréchal Hermann Göring, convaincus du bien-fondé de ces allégations. Ce sont eux qui apporteront le support idéologique et historique ; la « Société de Thulé » constituera, alors, un réseau au service du parti nazi. Même si Hitler et la majorité des autres dignitaires nazis n’accordent pas, autant qu’on le sache, de crédibilité à ces théories des Aryens d’Hyperborée, ils partagent néanmoins, avec la « Société de Thulé », la conviction d’une « race supérieure » nordique et pure et l’idée d’un espace vital, « lebensraum », qui justifie la liquidation des Polonais et des Ukrainiens pour implanter, à l’Est, de « bons paysans aryens d’origine teutonne ». La guerre devint avec Hitler, génocidaire afin de construire la grande Allemagne.

La mission de la « Société de Thulé » (Thule-gesellschaft)

Heinrich Himmler crée en 1935 l’Ahnenerbe, centre de recherche qui a pour mission de démontrer les théories aryennes par la science. Il recherche des preuves concrètes pour asseoir sa crédibilité. C’est ainsi que la « Société de Thulé » et l’Ahnenerbe patronneront des expéditions SS anthropologiques à travers le monde, en Suède, Norvège, Finlande, Himalaya (Tibet) et Antarctique, entre autres. Fasciné par les mythologies scandinaves, le chef de la SS souhaite la chute du christianisme et un retour aux cultes païens ancestraux.

Alors que le nazisme vise en priorité à détruire les Juifs, quelle que soit leur nationalité, avec la plus grande efficacité possible en exploitant un phénoménal potentiel de destruction qui s’appuie sur des techniques massives et l’élaboration de camps de concentration et de camps de la mort, Himmler décide de déporter et persécuter des prêtres, en les rassemblant dans le camp de Dachau. Entre 1938 et 1945, 2720 y sont déportés et 1034 y laisseront leur vie (« La baraque des prêtres » de Guillaume Zeller). Selon Jean Malaurie, cet épisode méconnu de l’histoire de la déportation apporte un éclairage nouveau sur le rapport ambigu qu’entretiennent Pie XII et le nazisme, dans un esprit, est-il dit à Rome, de sauvegarde du christianisme allemand. Il s’étonne « qu’aucun pape ne soit jamais venu s’incliner sur ce haut lieu de la martyrologie chrétienne » et de « cette détestable tendance de certains milieux du Vatican d’avoir facilité, en 1945, dans un esprit d’anticommunisme soviétique, l’exfiltration de personnalités nazies en Amérique Latine, notamment en Argentine ».

Pour Jean Malaurie, Thulé et la pensée sauvage Inuit qui lui ouvrent les portes d’une nouvelle dimension de l’histoire de la pensée, ne peuvent être souillées par cette horreur nazie inspirée par une « haine quasi luciférienne de l’autre ».

« Il m’est insupportable que le nom de Thulé soit associé à cette horreur »

70 ans après la guerre, le grand explorateur qui a vécu ces évènements ne comprend toujours pas : « Comment des millions de citoyens allemands éduqués ont pu être fascinés par les discours d’Adolf Hitler? Comment une élite de grands militaires, des aristocrates prussiens protestants et catholiques, d’éminents savants, prix Nobel ou même philosophes comme Martin Heidegger, a pu soutenir ce programme nazi ? »

« Rien n’est pire qu’une volonté de puissance nationaliste s’affirmant sous couvert d’une mission religieuse. Ma génération ne peut pas oublier : le nazisme est une horreur, une pensée de haine qui veut détruire ce qui est considéré comme faible et tout ce qui peut polluer « sa race » et sa volonté d’expansion teutonne. Il y a en Allemagne alors, un sentiment de frustration quand il se compare aux grands empires britannique, français et russe. Il est grand temps de le rappeler!  Les Français ne comprenaient pas qui était Hitler, et quelle était sa pensée cachée. Londres préconisait « l’apeasement », l’entente avec Hitler au prix de l’annexion de l’Autriche et des Sudètes. Aucun intellectuel ou politique n’a diffusé et expliqué, pour la combattre cette pseudo-pensée nazie, ce qui est stupéfiant d’ailleurs ; car « Mein Kampf », traduit en français dès 1934, présente la France comme son « premier ennemi » à abattre : « L’ennemi mortel impitoyable du peuple allemand est et demeure la France » ( Mein Kampf, p 699 ; traduction à partir de l’édition allemande de 1942).  Et les élites, elles, ne disaient rien. » rappelle Jean Malaurie. « Il y a pire, dans ce silence ; la guerre étant déclarée, le silence persiste sur la pensée nazie durant « la drôle de guerre » (3 septembre 39 – 10 mai 40). On a préparé les esprits des troupes françaises par « le théâtre aux armées », des tournées de Maurice Chevalier notamment.

« Devant le risque du populisme grandissant, les élites restent muettes ! »

« Aujourd’hui, Le danger est toujours là en Occident. Nous vivons des moments dramatiques». En tant que réfractaire à toute doctrine de haine, Jean Malaurie veut réagir fermement pour alerter l’opinion du risque du populisme grandissant. A la veille d’une décision extrêmement difficile, au moment où la France s’apprête à choisir son président, Jean Malaurie veut rappeler que l’idée de l’Europe des nations dans l’esprit gaullien, une Europe « de la détente, de l’entente et de la coopération » (Charles De Gaulle dans une allocution radiotélévisée du 31 décembre 1967) est à défendre et à renforcer. « Les Elites de la nation et celles de Bruxelles sont muettes. Elles doivent se faire entendre ! Il leur appartient de parler, mais aujourd’hui encore, on ne les entend pas ! Les risques d’une dislocation de l’Europe avec des conséquences monétaires catastrophiques, ne se jouent pas sur une manipulation des peurs, des coups de dés ou des talents oratoires. L’Europe est un magnifique message de paix et de civilisation depuis 60 ans ; il nous appartient, en tant que, citoyens européens majeurs, de réformer cette assemblée des nations, dans le but de faire rayonner la culture et l’idéal occidental.» dit-il.

Jean Malaurie, à propos du nazisme qui reste sous-jacent, ici et là, dénonce cette idéologie, et veut définitivement l’extirper de l’image, de l’âme, de l’aura de Thulé dont le mythe ancien et puissant est au cœur de la sagesse première. Une sagesse, une préscience sauvage, une philosophie animiste qui respecte les lois inexorables de la nature. Une pensée première qui n’est pas sans évoquer pour Jean Malaurie les paroles prophétiques de Baruch Spinoza dans «l’Ethique» : « Deus sive natura » (Dieu c’est à dire la nature).

Léa MOSCONA (Radio Judaïca)

Hommage à Jean Malaurie à l’Université Catholique de Milan – Giulia Bogliolo Bruna


Hommage à Jean Malaurie à l’Université Catholique de Milan, à l’occasion de la parution de l’ouvrage Equilibri Artici. L’umanesimo ecologico di Jean Malaurie
Equilibri artici. L’umanesimo ecologico di Jean Malaurie. 2016

L’essai Jean Malaurie : une énergie créatrice (Paris, Armand Colin, 2012) de l’ethnohistorienne Giulia Bogliolo Bruna vient de paraître en traduction italienne, sous le titre Equilibri Artici. L’umanesimo ecologico di Jean Malaurie, dans la collection « Ethnografie americane » chez CISU (Roma, Centro Informazione Stampa Universitaria, 2016).

Préfacée par la prof. Anna Casella Paltrinieri et postfacée par la prof. Luisa Faldini, l’édition transalpine, traduite, actualisée et annotée par l’Auteure elle-même, est enrichie d’une annexe iconographique et d’un index des noms.

A l’occasion de la présentation de cet ouvrage, qui s’est déroulée le 3 février dernier dans la prestigieuse Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano, les professeurs Davide Bigalli  (Università degli Studi di Milano), Luisa Faldini (Università degli Studi di Genova), Anna Casella Paltrinieri (Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano) et Maria Pia Casarini (Directrice, Istituto Polare « Silvio Zavatti » di Fermo) ont salué unanimes l’approche épistémologique rigoureuse et novatrice de l’Auteure qui s’est attachée à restituer, avec une intelligence emphatique et une finesse d’analyse, la biographie intellectuelle de cet illustre Savant qui a parcouru le XXème siècle en rétro-futuriste.

Par un jeu de regards croisés, les Intervenants ont décliné, en dialogue avec Giulia Bogliolo Bruna, les principaux apports de la démarche malaurienne :

  • la mobilisation d’une déontologie du regard, reposant sur une éthique de l’altérité et l’exercice pratique de la responsabilité qui s’incarne dans l’œuvre anthropologique malarienne autant que dans la collection « Terre Humaine » et rejoint l’humanisme de l’Autre-Homme cher à Emmanuel Levinas ;
  • l’adoption malaurienne de l’empathie en tant que vecteur privilégié d’accès à la connaissance (processus en « inuitisation » qui initie Jean Malaurie, en osmose sensorielle avec l’écosystème, au chamanisme boréal et à l’Intelligence de la Nature). A l’encontre du mythe de la neutralité de l’observateur, il s’agit là d’entrer en résonnance avec ses interlocuteurs pour comprendre, par observation participante et participation observante, les patrimoines de mythes, rites et croyances qui inspirent et façonnent un système social. Malaurie invite ainsi à assumer la subjectivité du chercheur pour mieux la maîtriser, rejoignant la démarche bourdieusienne (objectiver la subjectivité) ;
  • l’invention d’une nouvelle méthode accueillante et omni-compréhensive, l’anthropogéographie arctique, et l’élaboration, dans ce cadre, d’une démarche originale, la prescience inspirée. Cette approche insuffle une pensée “questionneuse” qui reconnaît la primauté de l’intuition (intuitionnisme mémoriel de double ascendance bergsonienne et inuit) et brasse rigueur épistémologique, revalorisation de la sensorialité et réévaluation de la sensibilité ;
  • la conduite d’une démarche comparatiste, d’empreinte humaniste, dans la filiation du grand résistant Boris Vildé, appelée à démontrer les passerelles entre le chamanisme inuit, les mysticismes et les pensées ésotériques occidentales. Ce qui conduit à la reconnaissance de l’égale dignité entre les pensées sauvages et les pensées occidentales ;
  • le dépassement d’une conception dialectique du devenir historique au profit d’une célébration de la métamorphose et donc de la fluence, chères aux philosophies unitaristes (d’Héraclite aux philosophes ésotériques de la Renaissance, jusqu’au naturalisme dynamique diderotien) ;
  • une interrogation profonde autour de l’universalité de la condition humaine et donc le refus de tout ethnocentrisme ou de toute hiérarchisation entre les peuples et les cultures. Cet esprit s’incarne notamment dans la collection d’anthropologie narrative Terre Humaine ;
  • une investigation originale de la morphologie sociale des communautés inughuit traditionnelles comme étant anarco-communalistes, sous un prisme d’inspiration maussienne, faisant du système-don (à l’échelle écosystémique) un fait social total. Ce qui constitue l’un des apports majeurs de la recherche malaurienne ;
  • l’élaboration par Jean Malaurie d’un humanisme écologique, d’une écosophie inspirée qui naît de la rencontre entre la philosophie naturelle des Inuit et de complexes systèmes de pensée occidentale : des Présocratiques aux Philosophes naturalistes de la Renaissance, des Philosophes des Lumières à la Naturalphilosophie allemande. A l’heure du dérèglement climatique, avec ses corollaires désastreux au plan écologique, social et économique (de la fonte des glaces à la paupérisation des zones côtières, de la fragilisation de la banquise à l’élévation du niveau des océans, jusqu’à l’intensification des flux de réfugiés climatiques), la parole malaurienne est verbe engagé qui, depuis un demi-siècle, alerte et éveille les consciences à respecter les lois de la Nature et à sauvegarder les équilibres entre l’homme et son écosystème.

Comme l’ont rappelé les Orateurs, le paradigme poly-dimensionnel et interdisciplinaire mobilisé par Giulia Bogliolo Bruna a permis d’embrasser l’heuristique malaurienne dans son organique unité et son caractère novateur.

Le public, composé de professeurs universitaires et d’étudiants de second et troisième cycle, a questionné les Intervenants sur l’originalité (au plan épistémologique) du processus en inuitisation (apprécié comme expérience de vie et vecteur de connaissance) ainsi que sur la force éclairante de la pensée malaurienne au-delà même de la recherche polaire, comme outil de compréhension d’autres systèmes de pensée.

Giulia Bogliolo Bruna

La vitrine de la librairie “Vita e Pensiero” de l’Università Cattolica del Sacro Cuore qui a selectionné parmi les nouveautés Equilibri artici : l’umanesimo ecologico di Jean Malaurie (Roma, CISU, 2016). Sur la photo, Giulia Bogliolo Bruna.
Sur la photo, de gauche à droite : Giulia Bogliolo Bruna et Davide Bigalli.

Aujourd’hui dans les savanturiers, rencontre avec le plus célèbre explorateur de grand Nord : Jean Malaurie par Fabienne Chauvière

par Fabienne Chauvière

Sa vie est un roman. Jean Malaurie, a 94 ans, mais il a plus de souvenirs que s’il avait 1000 ans. Naturaliste, géographe, ethnologue explorateur, ethno-historien, spécialiste des pierres et des éboulis, Jean Malaurie a mené plus de 31 expéditions dans la grand Nord.
Exploration au Pôle Nord © Getty / Kommersant Photo

A l’occasion de la 3e édition revue et augmentée d’Ultima Thulé, une merveilleuse bible de plus de 400 pages consacrés aux esquimaux et aux explorateurs du grand Nord, et dont il est l’auteur, Jean Malaurie a accepté de venir se livrer.

Il adore parler de sa longue carrière à traîneau ou en igloo, par moins 40°. Sa vie d’expéditions, d’études, de coups de gueule et de livres.

Les livres occupent une grande place chez ce grand explorateur scientifique. C’est lui qui a fondé la mythique collection Terre Humaine chez Plon. Une collection qui lui ressemble, où il mettait sur le même plan des intellectuels et des hommes du peuple qui savaient à peine écrire

Jean Malaurie a une silhouette de colosse une voix tonnante, et un humour vif. Il a rencontré Thulé, le peuple le plus septentrional de la planète, au nord du Groenland en 1950. Il connaît l’Arctique comme personne. Il a partagé la vie des Inuits, appris leur langue, écouté leurs mythes, étudié les minorités boréales, et défendu leur « pensée sauvage », et Il est toujours leur plus fervent porte- parole.

Thulé est toujours au cœur de sa pensée.

Les livres

Comptoir le plus septentrional de la Terre, situé sur la côte occidentale du Groenland, Thulé, contrée la plus reculée au monde, fut pendant très longtemps une source de mystères. À la fois terrible et fantastique, Ultima Thulé revient sur l’histoire des illustres explorateurs qui, depuis le xviiie, ont précédé Jean Malaurie sur la route du pôle Nord. S’appuyant sur des extraits des journaux de bords des explorateurs, mais aussi sur les témoignages des Inuit, des photographies anciennes et contemporaines, gravures, objets, ou encore dessins d’esquimau, cet ouvrage constitue une galerie fabuleuse sur des hommes hors du commun.

700 articles de l’auteur en géocryologie, géomorphologie, ethnohistoire et géopolitique boréale seront rassemblés en quatre volumes. Le premier est consacré aux travaux sur les écosystèmes arctiques en haute latitude : résultats d’expéditions, observations, notes et réflexions publiés depuis la fin des années 1940, avec quelques inédits. Dans une préface, J. Malaurie revient sur ses découvertes.

Fabienne Chauvière

Écouter l’émission 54’49 https://www.franceinter.fr/emissions/les-savanturiers/les-savanturiers-15-janvier-2017

Jean Malaurie, passion Inuit – RCF par Thierry Lyonnet

Spécialiste des Inuits, Jean Malaurie est de ces grands explorateurs qui enseignent la richesse des sociétés traditionnelles. Il est l’invité exceptionnel de Thierry Lyonnet.

« J’aimerais que l’auditeur comprenne que l’homme est habité par des mythes. Les mythes, ce sont des expressions de notre inconscient collectif. » Jean Malaurie est « l’homme qui parle avec pierres » selon les Inuits. Pour nous il est un formidable ambassadeur de ces cultures traditionnelles. L’écouter raconter ses rencontres et ses expéditions est tout à fait passionnant. Ce géomorphologue, longtemps chercheur au CNRS, est un explorateur – Russie, Canada, Groenland – et un ethnographe. Il est à l’origine de la mythique collection des éditions Plon, « Terre humaine », où l’on trouve entre autres « Tristes tropiques » de Claude Lévi-Strauss (1955).

L’HOMME DU DÉSERT BLANC

« Je suis habité par le mythe de Thulé. » Comprenez: par l’extrême Nord et les populations des zones les plus septentrionnales de la planète. Jean Malaurie a joué un rôle fondamental pour la connaissance du peuple Inuit. Après la guerre et après ses études, il a participé à deux expéditions polaires avec Paul-Emile Victor. Et en 1950, c’est seul qu’il est parti chez les Inuits, loin de la sécurité des grandes expéditions. Né en 1922 à Mayence, en Allemagne, il a expérimenté dans la Résistance le goût de la liberté. Ses expéditions ont aussi été un choix de vie. Il se souvient, au moment de partir: « Le progrès, le matérialisme… je ne veux pas construire ma vie ainsi. » Pour découvrir qui il est, il a besoin du désert. Non pas le Hoggar où il a pourtant effectué deux missions pour le CNRS – « Je ne suis pas Théodore Monod », dit-il. Son désert à lui c’est le désert froid, le désert blanc.

« Un malheur absolu c’est de ne pas respecter l’autre. »

LES INUITS, PEUPLE HÉROÏQUE

Dans son ouvrage « Ultima Thulé (éd. du Chêne, 2000) Jean Malaurie dénonce la destruction des sociétés traditionnelles. Les Inuits, c’est 10.000 ans de vie dans « des conditions héroïques ». Le récit qu’il en fait allie la rigueur du scientifique et l’extraordinaire vivacité de celui qui a vécu auprès d’eux – au cours de ses 31 missions. Il témoigne de la richesse de leur civilisation animiste. L’animisme c’est « la conscience » de la « si grande proximité » de l’homme avec l’animal. « Si grande qu’il se souvient du temps où, en hybride, il était dans une sorte de paradis perdu – ce qui est un des grands mythes des Inuits. » Sans angélisme, il confie son admiration pour cette société Inuit et ce qu’elle nous enseigne. « Un malheur absolu c’est de ne pas respecter l’autre.« 

Retrouvez l’émission RCF du MERCREDI 28 DÉCEMBRE 2016 À 17H03 :  https://rcf.fr/culture/portraits/jean-malaurie-passion-inuit