Hommage à Jean Cuisenier

Droits réservés

La recherche française vient de connaitre une grande perte : Jean Cuisenier n’est plus. Né le 9 février 1927, il nous a quitté 23 juin dernier.

Philosophe, ethnographe, c’est un grand spécialiste de l’ethnologie française. Il s’est attaché à l’ethnologie rurale en France, aux rituels du quotidien et aux croyances populaires. Son champ d’observation s’était porté également en Europe centrale, plus particulièrement en Bulgarie et en Roumanie. Terre Humaine s’honore d’avoir publié en 2000 son ouvrage inspiré Mémoire des Carpathes, La Roumanie millénaire : un regard intérieur. Terre natale de vampires, lieu de légendes encombré du souvenir de Vlad l’Empaleur, autrement dit Dracula, les Carpathes et les hommes qui y vivent ne se lasseraient-ils pas de découvrir ce qu’ils sont, toute fiction repoussée  ?

Jean Cuisenier était un découvreur et un inspirateur. Son séminaire à la Sorbonne était très recherché. Il savait parler aux jeunes. Il avait fondé en 1971 l’indispensable revue Ethnologie française (PUF)Il a été pendant 20 ans conservateur en chef (1968-1987) du Musée national des arts et traditions populaires créé par ce grand spécialiste de l’histoire du peuple de nos campagnes : Georges-Henri Rivière. Ce musée très fréquenté, dans le jardin d’acclimatation, au Bois de Boulogne, était éminemment souhaitable.  Paris, capitale jacobine, se doit en effet d’avoir un grand centre sur la ruralité française faisant réfléchir sur la profondeur de notre histoire paysanne – qui est notre colonne vertébrale -, de sa vie artisanale et sa dimension spirituelle. Hélas! Par décision administrative, ce célèbre carrefour a été fermé en 2005 et transféré à Marseille, en 2013, dans une vision plus large – l’Europe occidentale et la Méditerranée – au détriment d’un regard plus intime et plus secret avec la France

Jean Cuisenier avait le sens des espaces. Il s’est attaché en particulier, après de nombreuses navigations, à une nouvelle interprétation de l’Odyssée d’Homère : Le Périple d’Ulysse, Paris, 2003.

Tous les auteurs de Terre Humaine  et le Président-fondateur de la collection s’inclinent avec émotion devant cette très grande figure de l’université française qui nous quitte.

Jean Malaurie