Appel de Davi Kopenawa Yanomami, chaman et porte-parole yanomami

Chères amies, chers amis,

Un génocide se déroule en ce moment-même dans notre pays, le Brésil.

Notre gouvernement est en train de nous détruire, nous les peuples autochtones, premiers habitants de notre pays. Au nom du profit et du pouvoir, notre terre nous est volée, nos forêts sont brulées, nos rivières polluées et nos communautés dévastées. Nos proches, membres des tribus isolées qui vivent au cœur de la forêt, sont régulièrement agressés et tués.

Notre gouvernement diminue la protection de nos territoires, change la loi pour permettre à l’agro-industrie et à l’industrie minière d’en prendre le contrôle et cherche à faire taire notre mouvement de contestation. C’est l’attaque la plus violente que nous ayons eue à subir de notre vivant.

Mais nous ne nous tairons pas. Nous refusons que les richesses de notre terre soit volées ou vendues. Car d’aussi loin que nous nous souvenions, nous avons toujours pris soin de nos terres. Nous protégeons notre forêt car elle nous donne la vie.

Frères et sœurs autochtones issus de plus de 200 tribus, nous avons uni nos voix en signe de contestation. Depuis le cœur de la forêt amazonienne, nous vous lançons un appel. Il y a urgence, nous avons besoin de votre aide : faites savoir à notre gouvernement que notre terre ne peut être volée.

S’il vous plait, aidez-nous ! Et aidez notre planète ! 

Davi Kopenawa Yanomami, chaman et porte-parole yanomami

Davi Kopenawa et Bruce Albert : signature du contrat Plon/Terre Humaine à São Paulo, mars 2009. Cette signature a symboliquement lieu devant deux ouvrages : Tristes Tropiques, au dessus des Derniers Rois de Thulé, les livres fondateurs de la collection Terre Humaine. Copyright M.W. de Oliveira, 2009.

Jean Malaurie aussitôt prévenu par Survival international Londres, dont il est un des Présidents d’honneur à Paris, se propose d’alerter l’UNESCO au plus haut niveau en lui demandant d’intervenir auprès du gouvernement du Brésil. Il a promis de tenir en courant Survival International des suites de cette intervention.

Lors de la réunion annuelle des Ambassadeurs de bonne volonté de l’UNESCO, le 20 avril dernier, Jean Malaurie a rappelé que cette institution ne parvenait pas à protéger les peuples autochtones, qui reconnait pourtant que tous les 15 jours, un peuple disparait avec son héritage (sa langue, sa culture et ses droits). Jean Malaurie est un défenseur résolu de toutes les minorités et regrette que la Charte des Nation unis adoptée le 26 juin 1945 à San Francisco en faveur notamment des droits de l’homme, mais sans spécifier que ces droits sont attachés à une culture. Le Professeur René Cassin, Prix Nobel, qui est un inspirateur de cette Charte, l’a reconnu auprès de Professeur Jean Malaurie, mais qu’il appartenait aux Nations Unis de procéder à ce complément. Jean Malaurie se bat à l’UNESCO pour cette reconnaissance, ainsi qu’un enseignement protégeant ces peuples dans leur lente évolution. Le colonialisme mental sous toutes ses formes est une infamie.

Davi Kopenawa avec Bruce Albert a écrit ce livre unique dans la collection Terre Humaine, La chute du ciel – Paroles d’un Chaman Yanomani.