Jean Malaurie, voyageur du monde – LA CROIX

Journal La Croix - 9 juin 2019 - par Loup Besmond de Senneville
PORTRAIT À 96 ans, l’homme aux 31 expéditions polaires et fondateur de la collection « Terre humaine » continue à témoigner de son parcours et à défendre les peuples premiers.

Comment brosser le portrait d’un géant ? Avant de le retrouver à Dieppe dans son appartement lumineux, au dernier étage d’un immeuble moderne planté au bord de la mer, celui qui doit rencontrer l’explorateur de l’Arctique serait presque pris de vertige.

Jean Malaurie, 96 ans, l’homme aux 31 expéditions polaires et premier à avoir atteint, en traîneau à chiens, le pôle géomagnétique Nord, cumule tant de casquettes qu’on s’y perd. Défenseur des Inuits, militant engagé pour les peuples premiers, écrivain, fondateur de la mythique collection « Terre humaine », compagnon de Paul-Émile Victor, conseiller du gouvernement groenlandais… Par où faut-il commencer ?

PORTRAIT DE JEAN MALAURIE, ETHNO-HISTORIEN, GEOGRAPHE ET ECRIVAIN, FONDATEUR DE LA COLLECTION TERRE HUMAINE CHEZ PLON. IL POSE AVEC UNE DENT DE NARVAL QU’IL A RAMENEE DE L’UNE DE SES EXPEDITIONS. CHEZ LUI A DIEPPE, SAMEDI 28 JUILLET 2018.

Jean Malaurie, haute taille, sourcils et cheveux aussi broussailleux que blancs, répond tout de suite à sa manière. Juste après avoir ouvert sa porte, il vous propose avant toute chose de boire « le verre de l’amitié » – au choix : du rhum(« souvenir de Martinique ») ou du muscat. Puis il désigne l’un des fauteuils de la pièce d’à côté, un bureau donnant sur la mer aux étagères remplies de boîtes de diapositives, et lance de lui-même les sujets dont il a envie de parler aux lecteurs de La Croix.

« J’ai une pensée flâneuse »

Rencontrer Jean Malaurie, c’est poursuivre la pensée tourbillonnante d’un homme qui a traversé le siècle. « Un homme de pensée songeuse », comme il se définit lui-même, qu’il faut suivre pendant plus de trois heures selon un ordre choisi par lui. Et qu’il résume d’un trait, les yeux fixés sur les cerfs-volants dansant devant la baie vitrée : « J’ai une pensée flâneuse et je poursuis ma flânerie avec vous. »

Dans un flot de paroles, il passe sans transition de la Résistance à Dostoïevski, des violentes divisions entre les chercheurs français en sciences humaines dans les années 1970 à Mikhaïl Gorbatchev, etc. En bon conteur, il mime les voix des personnages qu’il évoque, fait parler les interlocuteurs, imite, aussi, le cri des chiens dans la nuit sibérienne.

Entre deux sauts de puce d’une époque à l’autre, et comme il l’a fait tout au long de sa vie, celui qui a travaillé étroitement avec les Soviétiques tient à préciser : « L’homme qui est devant vous n’est pas communiste. Mais je déteste le capitalisme et j’aime les Russes. »

[…]

Jean Malaurie a rencontré l’animisme à travers un chaman, Uutaaq, dont la rencontre, dès son arrivée à Thulé, dans le nord-ouest du Groenland, le marqua à vie. Dans Oser, résister (1), il raconte ce premier contact qui fit tout basculer en lui. « Uutaaq, de son regard insistant, me transperce ; ”Je t’attendais”, dit-il, “je ne dors plus ; un malheur va frapper les Inuits, nous allons être envahis par les Blancs.” » Quelques mois plus tard, l’explorateur est missionné par le chaman et les chefs inuits pour aller s’opposer à l’installation, non loin de là, d’une base nucléaire américaine en construction.

Le 18 juin 1951, Jean Malaurie va au-devant du général US et lui dit : « Go home, mon général. Vous n’êtes pas le bienvenu. » Des paroles qui resteront sans effet sur les militaires, mais scelleront le sort de Jean Malaurie à celui du peuple de Thulé.

C’est à ce moment-là, écrira-t-il plus tard, qu’il a « ressenti un divorce avec le progrès ». « Je ne voulais pas revenir dans cette Europe que je pensais perdue », constate-t-il aujourd’hui. Pourtant, il y vit aujourd’hui. Son dernier voyage en Arctique remonte à 1999, « hélas… », laisse-t-il échapper. « Au fond, ce que je cherche, reprend-il, c’est à avoir la paix du Nikône de Lacarrière (2), être accepté par le divin. Je n’y suis pas encore, poursuit l’explorateur, les yeux mi-clos. Mais, lorsque j’y repense, lors de mon infarctus j’y étais presque. »

Loup Besmond de Senneville

Retrouvez l’intégralité du portrait : https://www.la-croix.com/France/Jean-Malaurie-voyageur-monde-2019-06-09-1201027742