Hommage au Président Jacques CHIRAC

Très attaché à la collection Terre Humaine car elle plaçait l’homme sans écritures – primitifs, rejetés, paysans – devant les intellectuels occidentaux, le Président de la République française Jacques Chirac m’a toujours exprimé son grand intérêt pour la pensée et la culture des peuples premiers.

C’est dans son bureau de premier magistrat de Paris que Jacques Chirac m’a sollicité pour l’aider dans son combat à faire reconnaitre les arts africains, japonais, inuit, puis premiers :
– « Jean Malaurie ! Tous les fonctionnaires du Musée du Louvres ont refusé » m’exprimait-il.
– Ce à quoi je lui ai répondu : « Les cultures sont universelles, et a côté de la Victoire de Samothrace peut parfaitement figurer un masque africain ou Inuit. »
– « Vous êtes bien le seul à m’appuyer. »
Était-ce un déclencheur ? Quelques années plus tard, il a créé une salle au musée du Louvre ; et du Louvre, il est passé au Quai Branly.

Je tiens à rappeler que le Président Jacques Chirac a reçu tous les auteurs français de Terre Humaine à l’Elysée à l’occasion des 50 ans de la mythique collection. Il a d’ailleurs prononcé un discours visionnaire sur l’Outre-Mer qui a été publié par la suite.

Le président français Jacques Chirac donne une réception à l’occasion du 50ème anniversaire de la collection « Terre Humaine » à Paris le 15 février 2005. Photo de Laurent ZABULON

J’ai entretenu des liens étroits avec Jacques Chirac, dont beaucoup le disaient « pas ami des intellectuels ». Il aimait le peuple français et sa langue. D’ailleurs, en voyage officiel en Russie, nous avons décidé  ensemble, lors d’un diner au Kremlin, de l’obligation pour les 1600 élèves de l’Académie Polaire d’État, d’adopter la langue française comme première langue étrangère d’étude.

St Pétersbourg, voyage officiel du Président de la République, Jacques Chirac, en Russie. Signature à l’Académie Polaire d’État, du premier accord de coopération franco-russe avec l’Académie. Le Français est la première langue étrangère obligatoire. À Gauche de Jean Malaurie, le Ministre de la recherche de la Fédération de Russie. Septembre 1997.

Le Président Jacques Chirac est le seul chef d’état visionnaire que j’ai rencontré !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *