Hommage à Max Gallo

Max Gallo lors d’une cérémonie à l’Académie Française le 16 juin 2011 © THOMAS SAMSON AFP/Archives

Agrégé d’histoire et de géographie, Docteur ès lettres, Max Gallo était longtemps enseignant. Tous ses élèves n’ont pas oublié la dimension épique qu’il savait donner à ses leçons et ses entretiens à son jeune public. Dans son oeuvre d’historien, il a le sens de la tragédie de l’histoire. Le résistant réfractaire que je suis, n’a jamais oublié l’oeuvre qu’il a consacré au Général de Gaulle. En 1940, la France a connu la plus grande défaite de son histoire ; elle n’était pas d’ordre moral – nous avons eu 100 000 morts en quelques semaines – elle était d’ordre intellectuel. Nos généraux en étaient dans les stratégies de 1914. La France était dans l’abîme, pourtant l’espérance s’est levée depuis Londres ; le Général de Gaulle l’a clamé. Des paroles historiques que tous les jeunes de ma génération se sont répétées :  » La flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre. » Max Gallo a assumé la France. Tel un Michelet, il a su nous transmettre le mystère du destin de la France. Sa perte est douloureusement ressentie par ma génération.

Quand Max Gallo écrivait sur Les Derniers Rois de Thulé

« Pour ouvrir Les Derniers Rois de Thulé, ce livre où il raconte cette mission de 1950-1951, Malaurie cite Jean Giono : « On ne peut, je crois, rien connaître par la simple science; c’est un instrument trop exact et trop dur. Le monde a mille tendresses dans lesquelles il faut se plier… Seul le marin connaît l’archipel. » Cette phrase définit parfaitement la méthode de Jean Malaurie. Ethnologue, il sait, à l’aide de données statistiques, étudier le comportement démographique du groupe esquimau. Mais il est aussi le coriteur qui restitue une atmosphère, utilise avec la maîtrise de l’écrivain l’art de la mise en scène pour conduire à une réflexion sur ces hommes qui relèvent le défi de la géographie. Un mot esquimau dans le texte, la recréation des dialogues, des injonctions – « Nerrivoq ! » (mangez !), dit l’Esquimaude en retirant du bouillon des morceaux de phoque fumants et noirs comme la suie – tout cet art du récit est mis au service d’une ethnologie fondée sur la compréhension intime, vécue, de la population étudiée. Malaurie est devenu,, autant que faire se peut, esquimau pour nous parier des Esquimaux. » (extrait d’un article de Max Gallo)

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *