Hommage à Jaime Aguirre-Puente

Hommage à Jaime Aguirre-Puente, Directeur de recherche au CNRS, Physique du froid, membre d'honneur de l'Institut International du froid.

La recherche en sciences de la terre a connu une grande perte avec la disparition de mon ami Jaime Aguirre-Puente, d’origine mexicaine. Il s’est imposé dans l’étude du froid en tant qu’ingénieur à l’école de ponts et chaussées de Paris, puis en tant que physicien théorique au laboratoire d’aérothermique au CNRS, dont il a été nommé directeur.

Je rends hommage à son oeuvre et à sa personnalité humaniste. En tant que géomorphologue en hautes lattitudes et géo-cryologue, j’ai régulièrement collaboré avec cet éminent chercheur. J’ai fait sa connaissance pour la première fois lors d’un congrès soviétique en Sibérie centrale, au Pôle du froid à Iakautsk en juillet 1973, et l’ironie de la vie, ce sont mes amis russes qui m’ont présenté à lui. D’une très grande compétence avec un esprit interdisciplinaire qui est rare chez les personnes des sciences dures (les géographes et naturalistes), Jaime Aguirre-Puente est une des personnalités scienctifiques les plus attachantes.

Au Havre, du 23-25 avril 1975, avec le concours  du CNRS, du centre d’études arctiques, il a été organisé sous notre présidence commune, un congrès international associant les géomorphologues des hautes lattitudes, aux ingénieurs des matériaux et aux spécialiste de l’Institut International du froid. Ce congrès de 300 spécialistes conduits sous l’égide de la Fondation française d’études nordiques que j’ai fondé en 1974, a permis lors de ces trois jours de discuter 44 articles de grande qualité, par 112 participants représentant quatorze pays. Tous ces travaux,  débats et rapports ont été publiés en deux volumes (Vol. I 305 pages et Vol. II 600 pages)  par la Fondation française d’études nordiques à Rouen et diffusés par le Centre d’Études Arctiques Paris (CNRS/EHESS).

Actes et documents N°6 – Les problèmes posés par la gélifraction – Vol. I – Préface de Jaime AGUIRE PUENTE- Paris, 1977

La disparition de mon ami Jaime Aguirre-Puente m’affecte particulièrement. Il y avait en lui une humanité inspirée par l’esprit amérindien que j’ai rarement rencontré entre collègues de disciplines différentes. Ce congrès unique transdisciplinaire que nous avons présidé tous les deux au Havre,  a été grâce à lui, d’une chaleur exceptionnelle entre physiciens, ingénieurs, géologues et géomorphologues. Le malheur de l’Enseignement supérieur en France, c’est que les spécialistes n’aiment pas se confronter entre collègues et restent sur leur quant à soi dans le cadre de leur discipline, comme s’ils risquaient de perdre leur singularité en brassant les savoirs.

On trouvera dans Arctica I : écosystème en hautes lattitudes, un article très original publié par le CNRS éditions en 2016, intitulé la pluridisciplinarité : un devoir du scientifique (pp 187-195)

EXTRAIT : << Les trente et une expéditions arctiques conduites par Jean Malaurie, les recherches assurés en laboratoire et sur le terrain par nos équipes et celles de beaucoup d’autres pays, sur les aspects théorique, physico-chimique et mathématique, l’évolution des populations des régions extrêmes circumpolaires et, plus largement, partout dans le monde, ont conduit depuis des dizaines d’années au constat de ce phénomène redoutable : le « réchauffement climatique » de la planète.
Malheureusement, ce n’est qu’à la fin des années 1990 que les responsables de quelques pays ont porté une attention sérieuse à ce problème. Espérons que ce ne soit pas trop tard. Des regrets, nous en avons tous ; les miens portent sur le fait qu’à la fin de ma carrière au CNRS, en raison de la direction du Centre de géomorphologie de Caen assumée de 1991 à 1995, puis de ma retraite en 1998 et d’un séjour de trois ans dans mon pays, je n’ai pas pu participer directement aux réflexions conduites notamment par le GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat). C’est donc bien tardivement qu’au cours du congrès de Copenhague en décembre 2009, à partir des réactions plus politiques et économiques, qu’objectives et altruistes, mon indignation m’a conduit à me pencher davantage sur ce problème. La quatrième Année polaire internationale fut ouverte en France au Muséum national d’Histoire naturelle (Paris 8-10 mars 2007) sous la direction de Jean Malaurie. Le changement du climat fut l’un des thèmes centraux de ce congrès. Les plus importants spécialistes russes, allemands, anglais, américains, danois, canadiens et français étaient présents. C’est au cours de ce congrès que le cinquantenaire du Centre d’études arctiques (1957-2007) fut consacré par le ministère de la Culture et de la Communication comme « manifestation culturelle et scientifique d’importance nationale ». Ce congrès s’est tenu sous le haut patronage de Jacques Chirac qui a ouvert ce congrès par un discours personnel remarqué.>>

Le Centre d’Études Arctiques présente ses condoléances très émues à sa famille. Parmi mes compagnons, j’ai perdu un ami.

Jean MALAURIE

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *