Terra Madre. In omaggio all’immaginario della Nazione Inuit.

 Jean Malaurie, Terra Madre. In omaggio all’immaginario della Nazione Inuit, prefazione e traduzione di Giulia Bogliolo Bruna, Milano, EDUCatt, 2017.

Cri d’alarme en défense de la planète menacée par la folie mortifère d’un Occident matérialiste et consumériste qui défie l’ordre naturel, Terre Mère de Jean Malaurie (CNRS Éditions, 2008) vient de paraître en version italienne, dans l’élégante et fidèle traduction de Giulia Bogliolo Bruna, sous le titre Terra Madre. In omaggio all’immaginario della Nazione Inuit chez EDUCatt, les prestigieuses Presses de l’Université Catholique Sacré-Cœur de Milan.

Ethno-historienne, membre du Centre d’Études Arctiques et spécialiste de la culture inuit et de l’œuvre malaurienne[1], Giulia Bogliolo Bruna signe une Préface empathique et argumentée qui permet au lecteur transalpin de contextualiser ce court essai aux accents prophétiques – dont la brièveté n’a d’égal que la profondeur –  au sein de la riche production scientifique de l’éminent Savant.

Jean Malaurie, Terra Madre. In omaggio all’immaginario della Nazione Inuit, prefazione e traduzione di Giulia Bogliolo Bruna, Milano, EDUCatt, 2017.

Texte militant, foncièrement humaniste et prémonitoire, Terra Madre reproduit pour partie le Discours prononcé, le 17 juillet, à l’UNESCO par le prof. Jean Malaurie à l’occasion de sa nomination à la fonction d’Ambassadeur de bonne volonté pour les régions polaires arctiques ainsi que l’essai inédit intitulé Leur préscience est primitive, et ils sont innocents !

Dans un télescopage temporel où le passé, illo tempore, s’entrecroise avec un présent chaotique et chronophage qui ouvre à un futur apocalyptique, Jean Malaurie dénonce les politiques écocidaires qui sacrifient la diversité biologique et culturelle sur l’autel du profit : « La Terre souffre. Notre Terre Mère ne souffre que trop. Elle se vengera. Et déjà les signes sont annoncés ».

Face au réchauffement climatique accéléré, dont les causes sont géophysiques et humaines, naturelles et culturelles, les Peuples-Racine du Grand Nord, et notamment les Inuit, sont confrontés à un véritable choc des cultures, à une crise civilisationnelle majeure aux conséquences tant dramatiques qu’imprévisibles. Et ce, car « notre ignorance, alerte Jean Malaurie, devant nombre de paramètres responsables de ces grands problèmes, devrait confondre d’humilité l’expert. Oui nous sommes dans la brume ».

Ainsi l’Anthropogéographe plaide-t-il en faveur d’un humanisme écologique appelé à articuler la philosophie naturelle des Peuples Premiers et les enjeux de la post-modernité, prônant un modèle durable de croissance économique et une répartition équitable des fruits de la croissance économique.

Or, les Inuit, “écologistes nés”, sont dépositaires d’une philosophie naturelle millénaire qui célèbre la sacralité de la Terre, à laquelle l’Occident technocratique, sans repères sacrés et spirituels, devrait s’inspirer.

L’encyclique Laudato si’ de Papa Francesco invite à penser une écologie intégrale qui s’apparente, comme le rappelle Giulia Bogliolo Bruna dans la Préface, à la pensée écosophique malaurienne: « il est indispensable d’accorder une attention spéciale, écrit le Saint Père, aux communautés aborigènes et à leurs traditions culturelles. Elles ne constituent pas une simple minorité parmi d’autres, mais elles doivent devenir les principaux interlocuteurs, surtout lorsqu’on développe les grands projets qui affectent leurs espaces. En effet, la terre n’est pas pour ces communautés un bien économique, mais un don de Dieu et des ancêtres qui y reposent, un espace sacré avec lequel elles ont besoin d’interagir pour soutenir leur identité et leurs valeurs. Quand elles restent sur leurs territoires, ce sont précisément elles qui les préservent le mieux » [2].

Parole engagée au service de l’humain et de la planète, Terra Madre. In omaggio all’immaginario della Nazione Inuit de Jean Malaurie retrace en parallèle et en filigrane l’anamnèse de l’inuitisation du jeune Anthropogéographe, une « conversion » dans l’acception étymologique latine qui l’a conduit à une véritable métamorphose identitaire.

Lors de la première mission géographique et ethnologique française (1950-1951) dans le district de Thulé qu’il conduit en solitaire, Malaurie s’initie, à l’école des Inughuit, ces gens « aux pouvoirs premiers », à une compréhension plus intime de la matière.

Imprégné par l’esprit de Jean-Jacques Rousseau et habité par la philosophie naturelle des Inuit, qui ne contemple aucune fracture ontologique entre les règnes, Malaurie, souligne Bogliolo Bruna dans la Préface, parvient à une « intelligence autre de la Nature » perçue comme un Tout unitaire et vitaliste.

Au travers d’une approche écosystémique, il s’efforce de rechercher l’ordre invisible auquel les mythiques Rois de Thulé, sa «famille de glace», s’inspirent dans leur organisation sociale de matrice anarcho-communaliste fondée sur un «égalitarisme structurel» et un «élitisme fonctionnel». Pour ce faire, Jean Malaurie mobilise une approche plurielle à la fois rationnelle, sensorielle et géo-poétique.

Au gré d’une socialisation avec ses compagnons Inuit – aussi intime que subtilement tissée- il passe de la pierre (ujarak) à l’homme (Inuk), de l’homme au cosmos.

On ne voyage jamais impunément…

La découverte du Grand Nord enfante ainsi un homme nouveau.

Au contact de ses compagnons Inughuit, le jeune Anthropogéographe redécouvre sa « primitivité du Nord », une virginité sensorielle que son acculturation occidentale avait brimée et enfouie.

Inuitisé, il se reconnaît alors « homme naturé » : « J’ai compris que je ne ferai jamais ʺʺmon deuil«  de l’Inuit que j’étais devenu, de l’indicible bonheur et de la paix intérieure que ce nouvel état m’avait apporté. […] J’avais découvert un monde d’une innocence édénique, un peuple d’avant la chute d’Adam, des hommes et des femmes en communion avec l’Origine».

Suivant une éthique de la responsabilité élargie, il appelle l’Occident à accueillir la parole inspirée de Peuples Premiers enracinés dans la Nature.

Ago quod agis.

Depuis plus d’un demi-siècle, Malaurie s’insurge contre une mondialisation sauvage qui ampute l’Universel de ses singularités et ne cesse d’alerter l’opinion publique, les responsables politiques et les media sur les dangers qu’encourt la planète.

Face au dérèglement climatique, les Peuples Premiers ne sont ni en dehors ni en arrière de l’Histoire: ils sont appelés à être les éveilleurs d’un Occident en perte de repères.

Sous le signe d’un humanisme vécu, l’ancien Réfractaire, qui s’était rebellé contre la barbarie nazie, se fait façonneur d’avenir : « il faut, plaide-t-il, que la conscience de tous devienne une conscience écologique ».

Il faut respecter notre Terre Mère « nourricière non seulement biologique de notre vie, écrit Malaurie, mais, encore, spirituelle, de notre civilisation, de nos imaginaires, de nos rêves, de nos cultures, et en fait de notre humaine condition ».

Sila, l’air, Nuna, la terre, Imaq la mer : « tout est caresse de Dieu »[3].

A l’écoute de la sagesse de la Terre, rappelle Bogliolo Bruna, Malaurie sacralise son être-au monde et parvient à une « écosophie inspirée ».

Giulia Bogliolo Bruna, ethno-historienne, membre du Centre d’Études Arctiques et spécialiste de la culture inuit et de l’œuvre malaurienne

[1]  On renvoie à Giulia Bogliolo Bruna, Jean Malaurie. Une énergie créatrice, Paris, Armand Colin, coll. « Lire et comprendre », 2012 [traduction italienne : Equilibri artici : l’umanesimo ecologico di Jean Malaurie,  (prefazione Anna Casella Paltrinieri, postfazione Luisa Faldini)] Roma, CISU, 2016.

[2] Papa Francesco, Encyclique Laudato si’ , Roma, 2015, p.113.

[3] Papa Francesco, Encyclique Laudato si’ , p.66.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *