Rencontre avec un homme-océan

[EXTRAITS] Journal des Grandes Ecoles et Universités - N°75 - OCTOBRE 2015 - par Hugues Simard
Jean Malaurie est assurément un des très grands hommes de sa génération. Refusant le STO en 1942, il entre en Résistance à 21 ans. Revenu du maquis, magnétiquement, d’abord avec l’expédition Paul-Emile Victor, puis seul, dans des conditions de vie extrême. La rencontre des peuples de l’Arctique, ignorés jusque-là, modifiera considérablement cet esprit scientifique, Grand Officier de la Légion d’honneur depuis cette année. Alors que sa Lettre à un Inuit de 2022 est sur le point de paraître, il a accepté de donner au Journal des Grandes écoles une de ses très rares interviews.

[…]

Vous avez créé la mythique collection Terre Humaine aux éditions Plon. Qu’est-ce qui caractérise celle-ci, devenue une référence absolue au-delà même du domaine des sciences humaines ?

Un témoignage isolé : Non ! Une pensée en mouvement. Thulé, haut lieu de légende, sera le phare de cette collection. L’arrogance de l’intellectuel à l’égard de tout ce qui ne relève pas de « l’intelligentsia » m’exaspère ; L’autorité germanopratine est désolante. Le peuple ? Les sans grades ? Où est-il le livre du peuple ? Il y a les gens d’en haut, et puis ceux d’en bas. Or ce sont eux, le coeur battant d’une nation. La république, c’est tous les citoyens. Je viens d’une société primitive qui m’a transformé. J’ai pratiqué l’anarcho- communalisme avec un peuple de méditants contemplatifs ; il m’a tellement marqué que je lui ai consacré soixante ans de ma vie. La ligne de Terre Humaine veut mettre sur le même plan des hommes reconnus, tels que Claude Lévi-Strauss, Victor Segalen, Emile Zola et des personnalités du peuple, qui n’ont jamais écrit, comme une paria des Indes ou un paysan français. Le narrateur : un caractère en crise intérieure. Cette collection de 110 livres est devenue un des grands courants de la pensée française, peutêtre même occidentale. Avec Pierre- Jakez Hélias, se dresse le peuple breton lui-même. Son Cheval d’orgueil se vendra à un million et demi d’exemplaires. Le peuple se retrouve. Avec la collection de poche, l’ensemble représente 12 millions d’exemplaires. A quoi s’ajoute la Bibliothèque Terre Humaine aux éditions du CNRS, constituée des livres que Plon ne réédite plus et pour lesquels j’écris une postface sur l’écho que l’ouvrage a suscité. Je prévois également un dictionnaire Terre Humaine, sans doute avec Michel Le Bris. Pour ce qui est du monde universitaire, Terre Humaine ne m’a pas toujours rendu service. Un scientifique qui s’occupe d’édition, cela parait suspect à la haute administration de la recherche, alors qu’il s’agit de l’expression même de l’itinéraire de mes séminaires aux Hautes Études et au CNRS. Les grands corps universitaires universités américaines. J’ai même péché en réalisant onze films ; c’est-à-dire en témoignant par l’image. Cette approche n’est pas appréciée ; selon eux, un savant ne devrait pas s’adresser au grand public. Aussi sont-ils pour beaucoup, hélas, inconnus. La politique à l’égard des derniers autochtones est souvent désastreuse. Tous les 15 jours, une langue disparaît, selon l’Unesco. Aussi, ai-je organisé avec le Centre d’Études Arctiques du CNRS/EHESS, le premier congrès des Inuit, que j’ai présidé avec le prix Nobel, René Cassin, à Rouen, en novembre 1969. Pour la première fois depuis 10 000 ans, devant leur administration et des scientifiques du monde entier, des esquimaux du Groenland, du Canada, d’Alaska et de Sibérie se rencontraient. En mai 1973, avec l’institut français du pétrole et le Centre d’Études Arctiques, à été réalisé un congrès sur le pétrole Arctique, au Havre. Le Général de Gaulle, a entrepris une collaboration avec le 1er ministre du Québec. Le gouvernement québécois fit appel à moi comme expert et une équipe de huit spécialistes que j’ai choisis, pour définir ce qui sera au nord du Québec avec 10 000 Inuits, le territoire autonome de Nunavik. Tous les travaux de ces congrès, nous les avons publiés.

photos JM pour la Saga des Inuit et Duhin 031

Comment expliquez -vous la très forte résonnance de leur culture dans tout votre être ?

J’ai compris leurs harmonies invisibles, commencé à saisir ce qu’est l’animisme. Je saisis que cette quête de vérité qui était la mienne, de nature religieuse, trouve son sens dans la pierre. La nature est une puissance, il y a des énergies, des forces, une microphysique ondulatoire que les hyper-sensorialisés du paléolithique perçoivent. D’où viennent-elles ? Les Inuits lèvent la tête et se tournent vers la lune et le soleil ; ils ont le sens de ce que Gaston Bachelard appelle la « cosmo-dramaturgie ». Il y a les marées ; les menstruations des femmes cessent pendant la nuit polaire… L’homme est lié aux saisons, tout comme les animaux. Par ailleurs, ils sont dotés d’une mémoire du temps des pierres qui tombent dans la mer noire, la « cinquième force », comme s’ils en avaient été des témoins. Selon leur mythologie, l’homme a d’abord été quadrupède, puis hybride, né de la pierre et non de la mer. Autant de mythes que j’écoutais le soir avec les enfants. Petit à petit, les hommes commencèrent à me parler. Ces peuples archaïsant à niveau technique m’ont permis, dans une perception confucéenne, d’être davantage spinozien, c’est-à-dire de me retrouver dans une « nature naturante ». Il ne s’agit pas ici d’un Dieu créateur, mais d’un Tout, qui est la Nature, et ce Tout dont je suis un atome, nous construit. Le chamanisme s’interroge sur l’ordre du monde, de la Nature intangible, qui est le grand juge implacable. Je suis un scientifique peu à peu transformé par une société polaire suivant les préceptes de Confucius et du Shintoïsme. Mes restes reposeront parmi mes compagnons, dans ce petit village, Siorapaluk, le plus au nord du monde : six iglous et j’irai y rejoindre un disciple japonais, l’ingénieur Oshima Ikao venu prendre femme Inuit après avoir lu mon livre Les derniers Rois de Thulé en Japonais et témoigner de cette double perception Shintoïste et Inuit des grands sages. Il a quatre enfants, tous chasseurs.

[…]

Hugues Simard

 

Retrouvez l’intégralité de l’interview :
http://www.mondedesgrandesecoles.fr/rencontre-avec-un-homme-ocean/

[Nouveauté] ULTIMA THULE, 3e édition augmentée

Comptoir le plus septentrional de la Terre, situé sur la côte occidentale du Groenland, Thulé, contrée la plus reculée au monde, fut pendant très longtemps une source de mystères. À la fois terrible et fantastique, Ultima Thulé revient sur l’histoire des illustres explorateurs qui, depuis le XVIIIe, ont précédé Jean Malaurie sur la route du pôle Nord. S’appuyant sur des extraits des journaux de bords des explorateurs, mais aussi sur les témoignages des Inuit, des photographies anciennes et contemporaines, gravures, objets, ou encore dessins d’esquimau, cet ouvrage constitue une galerie fabuleuse sur des hommes hors du commun.

ULTIMA THULE de Jean Malaurie – éditions Chêne – novembre 2016. Paris

« L’admirable Ultima Thulé, livre « malaurien » par excellence, comme on dit braudelien. Un texte extraordinairement vivant, de tout ce que nous savons sur les Inuit et, approche plus subtile, de tout ce qu’eux savent sur nous. Jean Malaurie a réussi le miracle qu’on attendait depuis longtemps des ethnologues : allier l’expérience irremplaçable du terrain à un savoir pluridisciplinaire. Il nous fallait une Bible sur les Esquimaux : Malaurie l’a faite ».
Pascal Dibie, Le Magazine littéraire

http://www.editionsduchene.fr/livre/jean-malaurie-ultima-thule-3238763.html

« Quand on ne respecte pas la terre, elle se venge »

Les Informations Dieppoises 10/10/2016 à 16:45 par Camille Larher
Le Dieppois Jean Malaurie, géocryptologue, naturaliste, ethnologue ou encore fervent défenseur de l’écologie, publie une partie de son travail sur le Groënland.

Arctica tome 1, écosystème arctique et haute latitude est le premier opus d’une série de quatre ouvrages, sur quel thème se concentre-t-il ?

Il faut commencer par le commencement. Cet ouvrage rassemble 750 articles de ma vie scientifique dont un tiers est inédit. Ils traitent de l’écosystème, ce à quoi j’ai voué ma vie. Alors qu’est-ce qu’un écosystème ? C’est un système qui concerne la nature. Je suis le premier homme à avoir mené une expédition au Groënland, à avoir réalisé une carte de cet espace, tout en côtoyant les Inuits, mes compagnons. Ma spécificité est la géocryologie, c’est-à-dire l’étude du gel dans la pierre. Ce qui me hante, ce sont les origines. Avec le temps, les falaises ordoviciennes, ce qui correspond à -500 millions d’années, forment des éboulis.

Ce livre montre qu’il y a un ordre dans la nature, un écosystème. La nature, elle-même, organise l’ordre. La nature a une énergie et au fil du temps, la pierre subit des éboulements. Puis les éboulis vont bouger pour donner des formes très variables. Ceux-ci ont des strates qui veulent dire des choses. Ce livre est très important car il montre qu’il y a une homéostasie, c’est-à-dire que le système s’autorégule dans un certain équilibre. C’est Gaïa, la terre.

Cet ouvrage est donc un livre d’écologie ?

Oui, c’est un grand livre d’écologie. Je suis un géophilosophe, je pense qu’il y a une pensée dans la terre. Comme James Lovelock, un des maîtres de ce courant scientifique et philosophique. J’ai vécu avec les Inuits et ils cherchent à me transformer car ils sont naturés. Ils ont une pensée sauvage. Jusqu’alors, personne n’a compris les archéo-civilisations animées par le chamanisme et l’animisme. Pourtant, les Inuits ont vécu des milliers d’années de manière isolée. La nature a sa logique.

Cet ouvrage montre comment l’humanité s’est construite. En réfutant la vision biblique d’Adam et Ève mais aussi la théorie de l’évolution de Darwin. C’est une pensée et une méthode. Ce livre est un support pour les écologistes. Il dit clairement, sachez respecter la terre ! Aujourd’hui, le nucléaire veut forcer la nature, mais un jour elle se vengera…

Pouvez-vous justement faire un lien entre ce respect de la nature et les catastrophes climatiques auxquelles nous devons faire face ?

Il y a huit jours des événements majeurs se sont produits. Quand la base militaire de Thulé s’est construite en 1951, au Groënland, j’étais contre. Pour ce faire, des populations ont été déplacées. J’avais demandé à ce qu’aucun avion n’ait de bombes nucléaires et en 1968 un bombardier s’est écrasé avec quatre bombes.

Des tunnels ont également été creusés au Camp Century pour rejoindre plus facilement Moscou et Pékin, avec à l’intérieur un petit réacteur nucléaire. Mais en 1967, cette base a été abandonnée mais il y a encore des déchets nucléaires. Et avec le réchauffement climatique, la glace fond et rejette tout cela dans la mer. Nous sommes tous concernés par cette pollution. C’est une véritable catastrophe ! Un incident mondial car les courants circulent. L’Unesco (organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) veut faire une enquête.

Sur quel thème se portera le sujet du deuxième volume d’Artica ?

Là, dans ce premier volume, je m’intéresse à l’étude des éboulis et le prochain ouvrage parlera de la Sibérie. Notamment du district autonome de Tchoukotka où j’ai dirigé une expédition unique dans les années 90. Avec huit savants, nous présenterons nos recherches. Il faut défendre la nature et quand on défait le système, il faut faire attention. Car aujourd’hui, cette région est polluée et nous ne devons plus faire semblant.

Quel est votre avis de scientifique sur la tornade qui a touché les Antilles et une partie des États-Unis la semaine dernière ?

La nature est de plus en plus agressive et en Europe aussi les choses vont changer. La Cop 21 est vitale ! Il faut que l’homme respecte la nature. Arctica est un livre d’alerte. Arrêtons d’être irresponsables. À Thulé, il faudrait enlever 120 tonnes de neige et de gel chaque mois. En Sibérie, le CO2 sort petit à petit des zones dégelées à cause du réchauffement climatique. L’enjeu aujourd’hui est de réussir à l’enfermer mais on ne sait pas comment faire… Des gens là-bas meurent à cause d’une bactérie destructrice conduisant à des infections pulmonaires.

Aujourd’hui, que représente le peuple des Inuits ?

Ce sont des peuples qui vivent dans le Nord et qui sont venus de Sibérie il y a 10 000 ans. Ils ont franchi le détroit, et il y a 4 000 ans, ils sont arrivés au Groënland. Ce sujet sera l’objet du tome 3 d’Arctica. Leur situation est dure aujourd’hui car les jeunes boivent, se suicident. On a déraciné leur culture avec le catholicisme. Ce peuple vit une crise dramatique en profondeur. Tous les peuples autochtones ont des difficultés. Tous les quinze jours, un peuple autochtone disparaît et souvent, on a tout fait pour le détruire. Je suis pour l’écologie et la biodiversité culturelle. Il faut être fier d’avoir des racines. Comme il faut être fier d’être Dieppois sinon nous n’avons plus de culture. La science sans conscience n’est que perte de l’âme ! Le primitif a compris qu’on ne peut pas maltraiter la nature… On peut inventer un autre système de vie.

http://www.lesinformationsdieppoises.fr/2016/10/15/quand-on-ne-respecte-pas-la-terre-elle-se-venge/

Revue Reliefs – Entretien avec Jean Malaurie

Premier homme au pôle géomagnétique nord, géomorphologue ayant partagé le quotidien des populations Inuit, découvreur de l’Allée des Baleines, Jean Malaurie est ambassadeur de bonne volonté pour l’Arctique à l’Unesco, fondateur et président de l’Académie polaire d’État à Saint-Pétersbourg, Président d’honneur de l’institut d’hydro-météorologie arctique de Saint-Pétersbourg. Il revient pour Reliefs sur la longue histoire de l’exploration du pôle Nord et sur son propre parcours. Il raconte ainsi son expérience qui l’a mené de l’étude scientifique à la conscience politique et au questionnement sur le devenir des peuples polaires.

Revue RELIEF - R3 POLES - 19€ Reliefs Éditions
Revue RELIEF – R3 POLES – 19€ Reliefs Éditions

[EXTRAITS]

[…]

RELIEFS
L’avenir des peuples du nord : on connaît votre force d’engagement, pourquoi une telle énergie ?

Jean MALAURIE
Il se trouve que la vie est un destin. Pendant soixante ans, j’ai eu pour compagnons des hommes issus d’une civilisation héroïque ; hommes du froid. Je suis sans doute, un des derniers scientifiques à avoir vécu étroitement en hautes latitudes avec des hommes ayant connu la famine. Les préhistoriens spécialistes du paléolithique supérieur européen m’ont souvent dit : « Notez Tout, le moindre détail; c’est capital pour nous, archéologues qui n’avons pas le bénéfice de voir comment vivent les hommes de la préhistoire et comment fonctionne une société de période froide. » Par ailleurs, je ne vous cache pas qu’il y a une reconnaissance pour ces hommes et femmes qui m’ont aidés à faire émerger en moi, d’éducation chrétienne et rationaliste occidentale, une pensée animiste. Nous n’avons pas beaucoup de temps pour énoncer quelques détails de cette philosophie de vie. Je rappellerai que cette société a une structure politique : l’arnacho-communalisme. Elle est gérée de façon discrétionnaire par une élite de chasseurs, parmi lesquels se fait entendre le Chaman qui est un visionnaire des invisibles et des relations avec les forces de la nature. […]

RELIEFS
Quelle place restera-t-il pour les populations traditionnelles dans les temps à venir ?

Jean MALAURIE
Une place à l’image de celle qu’a réservé la COP 21 aux peuples premiers du monde entier : en dehors des discussions. Je regrette, qu’à la conférence de Paris, COP 21, l’Arctique n’est pas été à l’ordre du jour alors que c’est un foyer majeur dans le changement de climat. Les peuples autochtones circumpolaires, au nombre d’un million – Inuit, Amérindiens, Sames ou Lappons, 500 000 sibériens – n’ont pas été invités à donner leur avis sur ce changement radical de climat. Aucune population traditionnelle n’a pu simplement s’exprimer. Décidément, les hautes autorités n’ont pas compris le message de mon ami Claude Lévi-Strauss sur la complexité de la pensée sauvage, sur ces sociétés méconnues qui ne sont appréciées que dans les musées jugés « cimetière de culture. »

[…]

 

http://www.revuereliefs.fr

 

Voyage au bout de l’Inuit, chez les « Nouveaux Hommes »

4981145_7_262c_2016-08-08-3b252b6-17646-rz2pz8_c00422600ba41144ebd59c03be1d93bb
Chasseur Inuit. illustration ©Le Monde

« Takkuuk ! » « Regarde ! » Jean Malaurie a souvent raconté ce moment glaçant dont il a été l’unique témoin européen le 15 juin 1951, tout au nord du Groenland. L’un de ses deux compagnons eskimos lui touche l’épaule. Le géographe saisit sa longue-vue et ce qui se présente à ses yeux ressemble à un film, « un spectacle inouï qui me fait croire à un mirage ». Une base secrète de l’armée américaine a poussé sur cette côte déserte où, trois mois auparavant, les huttes de Thulé se fondaient dans le paysage.

« Une cité de hangars et de tentes, de tôle et d’aluminium, éblouissante au soleil dans la fumée et la poussière se dresse devant nous. La plus fantastique des légendes prend forme sous mes yeux. »

Depuis douze mois, le jeune chercheur sillonne les côtes gelées en traîneau. Ses recherches géologiques l’ont conduit en 1948 sur les « weasels », les chenillettes motorisées de Paul-Emile Victor, mais il a vite filé seul avec ses chiens vers le nord. Il pousse son exploration au-delà d’Etah, qu’il appelle « Ultima Thulé », l’un des lieux habités les plus proches du pôle Nord. Il s’aventure seul sur la banquise par des froids de – 30 0C et partage l’intimité des Inuits : « Ils me voyaient si proche… écrire, dessiner, cartographier. Au matin, ils me racontaient leurs rêves. »

[…]

Charlie Buffet

http://www.lemonde.fr/festival/article/2016/08/11/voyage-au-bout-de-l-inuit-chez-les-nouveaux-hommes_4981146_4415198.html

« L’Arctique ne va pas bien, j’aimerais observer l’affirmation du peuple Inuit »

CEREMONIE DE REMISE DE DECORATION
Jean Malaurie © Maxppp

Né en 1922, Jean Malaurie est ethno-historien, géographe/physicien et écrivain français. Il est Ambassadeur de bonne volonté pour l’Arctique de l’UNESCO. Il est également le directeur et fondateur de la collection « Terre Humaine » aux éditions Plon. Explorateur, il a découvert les Inuit de Thulé.

Jean Malaurie vient de publier aux Editions Fayard son nouveau livre « Lettre à un Inuit de 2022 ».
Une invitation à l’indignation, les yeux rivés vers les peuples du Grand Nord, ces grands oubliés de la COP21.

Extrait de « Lettre à un Inuit de 2022 »:

« Adressée aux citoyens du grand Nord, cette lettre est un cri d’alarme : Résistez mes amis ! En n’acceptant l’exploitation des richesses pétrolières et minières de l’Arctique qu’avec votre sagesse. L’Occident est mauvais et nous avons besoin de vous. Le matérialisme nous conduit à notre perte. Puisse le citoyen inuit de 2022 voir le rêve des explorateurs se réaliser : un pôle non pollué où régnera un humanisme écologique. »

http://www.franceinfo.fr/emission/tout-et-son-contraire/2015-2016/jean-malaurie-l-arctique-ne-va-pas-bien-j-aimerais-observer-l-affirmation-du-peuple

« Nous sommes en train de ruiner la terre » le cri de douleur d’un humaniste

VALERIE MASSON-DELMOTTE, JEAN-PIERRE ELKABBACH, JEAN MALAURIE, HELENE VALADE ZHAO QI MENG ET JEROME BIGNON - ENREGISTREMENT DE L'EMISSION 'BIBLIOTHEQUE MEDICIS', SUR PUBLIC SENAT
Valérie Masson-Delmotte, Jean-Pierre Elkabbach, Jean Malaurie, Hélène Valade, Zhao Qi Meng et Jérome Bignon – ©Enregistrement de l’émission « Bibliothèque Médicis »sur Public Sénat

Que vaut la parole d’un Inuit face aux lobbys pétroliers ? Au moment où 170 pays sont réunis à Paris pour la Cop 21, Jean-Pierre Elkabbach reçoit dans son émission « Bibliothèque Médicis » Jean Malaurie, ethno-historien, géographe, physicien et écrivain connu pour ses nombreuses expéditions au pôle nord, premier homme au monde à avoir atteint le pôle géomagnétique Nord et établir la généalogie d’un groupe de plus de 300 Inuits.Il nous alerte, nous réveille, nous questionne sur l’ignorance dont nous faisons preuve à l’égard de ces peuples au plus proche de la nature, non représentés à la Cop 21 et qui subissent pourtant de plein fouet les effets du réchauffement climatique. 

 « Nous sommes habités depuis toujours par un esprit de supériorité qui nous fait dire que nous sommes des scientifiques, que nous sommes en avance, mais nous sommes en train de ruiner la terre. »

Jean Malaurie se définit comme contestataire, un défenseur de ces peuples non conviés aux réunions mondiales sur le climat et qui pourtant vivent au plus près des éléments, et de la nature.

Qu’ont à dire ceux qui sont en première ligne, les premiers touchés par la fonte des glaces et la montée des eaux ? A l’heure de la Cop 21 que pensent-ils ? Ce sont à ces questions que répond l’auteur de « Lettre à un Inuit de 2022 »,(éditions Fayard) ouvrage dans lequel il s’adresse à un Inuit et lui demande de se réveiller, de construire, d’incarner l’opposition au dérèglement climatique.

Le Groenland est l’endroit du monde où les effets du réchauffement climatique sont les plus visibles et s’il est un homme qui connait bien cet endroit c’est bien  Jean Malaurie, l’homme qui a donné un nom à celui qu’on appelait de façon péjorative « l’esquimau » est allé à la rencontre des Inuits qui habitent les zones glaciales et qui a vécu avec eux.

« Vivre avec les Inuits c’est vivre le changement climatique, l’inuit adapte sa vie au climat, change ses habitudes, modifie sa façon de manger, de dormir, de se reproduire […] ils avaient depuis longtemps connaissance du bouleversement que nous traversons, ce sont eux qu’il faudrait écouter. », poursuit Jean Malorie avant d’interroger « pourquoi ne sont ils pas consultés, ni même représentés ? ».

Jérôme Bignon sénateur (LR) de la Somme qui représente le Sénat à la Cop 21, reconnaît cette erreur, mais rappelle que la communauté internationale change peu à peu de paradigme et regarde les choses autrement, il souligne que la Cop 21 est probablement l’un des derniers moments de l’humanité où il est possible d’inverser la tendance.

Jean Malaurie reconnait les récents efforts et la volonté des 170 pays de se réunir pour trouver une solution commune mais regrette le traitement infligé aux Inuits depuis toujours que l’on a déculturé, auxquels on a voulu imposer notre pensée et notre progrès sans jamais s’intéresser au caractère sauvage de leur pensée, à la sagesse de leur mode de vie.

« Levis Strauss, » dit-il « nous a montré que la pensée sauvage, le savoir sauvage est une philosophie  […] Le savoir Inuit est actuel, sa sagesse est nécessaire, son chamanisme rend possible la vie sur terre, dans leur pensée profonde,  la nature a des lois imprescriptibles, les rompre provoquerait les pires des malheurs. C’est exactement ce que nous faisons. »

C’est ce progrès dont nous sommes si fiers que le géographe montre du doigt, il s’agit pour lui « progrès criminel » qui se fait au détriment de ces peuples et que c’est notre modèle de développement, source de tous nos maux, qui est à réinventer.

« Notre pensée sur le progrès n’a pas changée, il faut modifier notre attitude par rapport au progrès, il faut une révolution spirituelle […] Tous les quinze jours, une langue disparaît, et avec cette langue c’est une civilisation et notre intelligence d’homme que nous sommes en train de dilapider. »

Jean Malaurie combattant fidèle et pugnace aux côtés des Inuits dont la pensée est une « médiation contemplative », une philosophie de la nature à laquelle nous devrions nous laisser aller pour que les décisions à prendre deviennent évidentes.

S’il souhaite que la Cop21 débouche sur un accord universel et contraignant, il se méfie des décisions prises par ceux qui nous dirigent et des décisions scientifiques qui pourraient en découler.

« Je me méfie du terme scientifique car au dessus de la science, il y a la sagesse », avant de conclure que la sagesse vient  des hommes les plus simples et qu’un jour nous aurons besoin de cette intelligence.

Jonathan Benzacar

Jean Malaurie: grand frère des ours

Belle rencontre avec le scientifique de 93 ans, défenseur des Inuits, aventurier polaire et fondateur de la collection «Terre humaine».

Son éditrice nous avait prévenus : «Chez lui, c’est un vrai musée.» Jean Malaurie reçoit à Paris, dans le Ier arrondissement. Dans cet appartement bourgeois, il a stocké une vie de trésors glanés au cours de ses innombrables expéditions arctiques : tabouret en vertèbre de baleine, immense corne de narval, pierres et fossiles, bibelots et aquarelles qui voisinent avec les piles de livres et les médailles. La grande croix de commandeur de la Légion d’honneur pend au cou d’un ours en porcelaine… Dans son bureau croulant sous les manuscrits et les papiers – «je classais du courrier hier, j’ai retrouvé cette correspondance avec Levi Strauss» –, sa collection «Terre humaine» trône sur les étagères : «Ah, ça va vous plaire, à Libé ! Ça, c’était un projet révolutionnaire. Mettre sur le même plan des intellectuels et des hommes du peuple qui savaient à peine écrire. Une vraie libération de la pensée.» On s’approche des étagères, il nous invite à regarder par la fenêtre. «Ici vivait Aragon. Et vous savez, de temps en temps, j’entends encore la voix de Maximilien Robespierre, un autre voisin.»

Ainsi va Jean Malaurie, 93 ans dans un mois. Intarissable, excessif, chaleureux, encyclopédique… Une force qui va. Un colosse, un peu voûté, mais la tête toujours solide et plus de souvenirs que s’il avait 1 000 ans. Cela tombe bien, car même s’il a l’oreille un peu dure et qu’il zappe souvent les questions – «j’y reviendrai, j’y reviendrai, mon jeune ami» -, il a du temps et aime parler. Alors, on renonce vite à l’interrompre et on l’écoute dérouler une vie d’expéditions et d’études, de coups de gueule et de livres, la plupart consacrés au Grand Nord, sa passion. Il vient de sortir un énième plaidoyer enflammé pour ses amis de l’Arctique (1).

Jean Malaurie - Photo Martin Colombet
Jean Malaurie – ©Photo Martin Colombet

La vie de Jean Malaurie commence en 1922 à Mayence, ville à 40 kilomètres de Francfort alors occupée par les Français après la victoire de 1918. Une famille traditionnelle, de droite, un peu triste. Un père janséniste et autoritaire, les légendes des Nibelungen en livres de chevet et la montée du nazisme…

De retour en France, la guerre et la défaite le cueillent alors qu’il est étudiant et vise Normale Sup. L’humiliation de la bourgeoisie, le silence des intellectuels face à l’occupant, «Claudel, Valéry, mes maîtres, qui ne disaient pas un mot…», l’atmosphère pesante de cette France qui se couche le marquent profondément. Quand le service du travail obligatoire (STO) vient le chercher pour faire tourner les usines allemandes, il décide de rejoindre le maquis. Un acte fort, sans doute un des moments clés de sa vie, en rupture avec sa famille et son milieu. Et le début d’une solitude qui l’accompagnera plus tard dans ses lointaines expéditions.

A la Libération, après ces années libres passées dans le Vercors, le jeune Malaurie ne se résigne pas à une carrière d’universitaire sédentaire et s’inscrit en géologie. Une spécialisation qui l’amène dès 1948 à participer aux expéditions arctiques dirigées par Paul-Emile Victor. Il est ainsi le premier Européen à atteindre en traîneau à chiens le pôle géomagnétique Nord en mai 1951. C’est cette même année, alors qu’il parcourt par moins 45 degrés une région côtière du nord-ouest du Groenland, qu’il découvre à Thulé une base aérienne secrète de l’US Air Force. Outre les dangers nucléaires que fait courir un tel site (un B-52 s’y écrasera avec quatre bombes H), Malaurie découvre que les autorités ont chassé de leurs terres millénaires les Inuits qui vivaient là. Il prend alors fait et cause pour eux, rédige les Derniers Rois de Thulé, ouvrage fondateur de Terre humaine, et entame un combat qui se poursuit toujours. «Ce n’est pas seulement un aventurier, souligne Pierre Aurégan, auteur d’un ouvrage consacré à la collection, il a toujours eu une défense prophétique des minorités et des peuples premiers.»

Car si l’éditeur reconnu, le brillant chercheur créateur du Centre d’études arctiques, président de l’Académie polaire de Saint-Pétersbourg (immense université des cadres sibériens), ne dédaignant ni les distinctions ni les honneurs qu’il accumule avec gourmandise, garde un côté grand-bourgeois, son esprit est depuis longtemps lié à celui des steppes et des banquises du Grand Nord. C’est là dans ces déserts de glaces et de neige éclairés par les aurores boréales que, jadis, Uuttaq, célèbre chaman de Thulé, l’a désigné pour parler au nom de son peuple et de ses dieux. Là qu’il a découvert la mythique allée des baleines, équivalent sibérien des mégalithes de Stonehenge, et s’est converti à l’animisme. Là, enfin, que ce conteur passionné a appris les mythes et légendes de la terre nourricière, des énergies créatrices et du langage des animaux. Et il ne faut pas le pousser beaucoup pour qu’il nous mime debout en se dandinant la mort de son premier ours : «Vous allez dire que je suis toqué, mais c’est une histoire extraordinaire ! Je vous raconte : « J’étais tout nu dans mon igloo allongé sur une banquette de neige… »» Des souvenirs que confirme en riant son fils Guillaume : «On venait le chercher avec ma mère à Orly. Il arrivait habillé avec des peaux de chien ou de je-ne-sais-quoi qui puait. Il ramenait des vieux os de morses. Et ensuite, c’étaient les soirées diapo sur ses Inuits.» Et de poursuivre plus sérieusement : «Il a toujours été ailleurs, par rapport à son milieu, par rapport aux universitaires…»

C’est cette liberté d’esprit et de ton, ce regard tourné vers d’autres espaces qui lui font balayer d’un geste l’actualité morose et le catastrophisme climatique ambiant – la rencontre a eu lieu juste avant les attentats. «Le défaut de cette conférence sur le climat, c’est qu’elle est faite par des hommes qui n’aiment pas la nature ! Le problème de la pollution est évident et c’est catastrophique pour la faune et la flore, mais, pour le reste, on s’adaptera. Londres disparaîtra… eh bien, on s’en passera !» Son fils Guillaume précise : «Ce qu’il faut bien comprendre pour cerner sa personnalité, c’est qu’il est géologue. Cela lui permet une énorme relativité par rapport au réchauffement. Pour lui, cela affecte notre histoire, notre mémoire, mais pas celle de l’Univers.»

Ainsi va Jean Malaurie, consterné par la folie des hommes, la technologie débridée et la mondialisation mais refusant de s’apitoyer sur sa planète malade. Prêt à repartir en Sibérie avec ses élèves de l’Institut de Saint-Pétersbourg ou relisant la préface de son prochain ouvrage, Uummaa, une somme de plusieurs centaines de pages. Toujours debout, encore ailleurs.

Fabrice Drouzy

http://www.liberation.fr/planete/2015/11/26/grand-frere-des-ours_1416400

La Terre n’appartient pas à l’homme

L’ethno-historien et géographe-physicien Jean Malaurie adresse un cri de révolte aux Inuits afin que ce « peuple racine » devienne nos sages face aux effets du réchauffement climatique. Interview.

[EXTRAIT]

Il se dit chamanisé. Peut-être est-il un ours réincarné en homme aux sourcils broussailleux, la stature haute malgré le poids des ans, et la voix de stentor. A 92 printemps, Jean Malaurie en impose toujours, surtout quand il vous prend par les épaules en signe d’affection: « Croyez-vous que l’on a fait une belle interview? » interroge-t-il. Après avoir consacré sa vie à la banquise – pas moins de 31 expéditions -, il demeure le plus fervent porte-parole des Inuits qui vivent en osmose avec la nature depuis des millénaires et dont il a embrassé l’animisme.

3356-portrait-de-jean-malaurie_5452191
Jean Malaurie à Dieppe, 2015 ©Photo Florence Brochoire pour L’Express
Dans quelques semaines se tiendra à Paris la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21). A vous lire, l’Arctique, cette région qui entoure le pôle Nord, pourrait être une des oubliées des négociations. Pourquoi?

Une fois encore, ce ne sont pas les bonnes personnes qui vont s’exprimer: avant les chefs d’Etat, il aurait fallu écouter les peuples autochtones du monde entier, que les Russes surnomment affectueusement les « peuples racines ». Les habitants du Grand Nord, mais aussi ceux qui vivent au coeur des forêts brésiliennes, dans les déserts australiens, sur les îles mélanésiennes ou encore en Afrique centrale.

En ce qui concerne le Groenland, ce sont, en effet, les Inuits qui subissent frontalement les effets du changement climatique. Eux, qui doivent repousser leur saison de pêche ancestrale parce que la glace est moins épaisse; eux, qui ne chassent plus le caribou car il est devenu trop rare au Nunavut (territoire au nord du Canada). Eux, enfin, qui voient chaque jour la banquise fondre – elle a perdu 30% de sa surface en trente ans! Avec des conséquences désastreuses: hausse du niveau de la mer, dégel du pergélisol, déplacement des populations, etc. Face au réchauffement, il y a urgence à mettre en place un protocole climatique et écologique sur le Grand Nord. Je rêve qu’à terme nous considérions enfin l’Arctique comme un patrimoine commun à l’humanité et que nous le sanctuarisions comme l’Antarctique.

Vous continuez à vouloir être le porte-parole des Inuits et leur adressez, par l’intermédiaire de votre livre, un cri d’alarme sur le même ton que le fameux Indignez-vous!, de Stéphane Hessel. A 92 ans, vous êtes toujours révolté?

[…]

Bruno D. Cot

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/jean-malaurie-la-terre-n-appartient-pas-a-l-homme_1729792.html