Terre Humaine – dans la mouvance des Hautes études

Par son approche inter-milieu, inter-écriture, inter-sensibilités, avec des jeux de double-vue et de regards croisés, la collection Terre Humaine a l’ambition d’être dans le droit fil de l’oeuvre révolutionnaire de Lucien Febvre, Marc Bloch, Fernand Braudel et Charles Morazé, avec la célèbre revue Les Annales, et l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Je souhaite, avec modestie, que Terre Humaine soit un nouveau plaidoyer pour la pensée française. Ce fut un honneur pour moi d’être appelé aux côtés de Fernand Braudel, dès 1957, à cette célèbre Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, au moment même où elle se construisait.

Je tiens à rappeler l’oeuvre de Philippe Ariès, qui a approfondi ce champ essentiel d’investigations en explorant les mentalités cachées, les tabous, mes secrets. Nos pensées allaient se rejoindre, et nombre de livres de la collection allaient prouver la profondeur de la pensée d’Ariès. Il est capital de poursuivre cette histoire sincère et totale de nos pensées et passions souvent inconscientes qui nous dirigent. Telle est, peut-être, la préoccupation la plus fondamentale qui relie, par-delà l’intelligence, des structures de groupe : faire émerger cette « humble vérité » chère à Zola.

Hommage à Jean Malaurie à l’Université Catholique de Milan – Giulia Bogliolo Bruna


Hommage à Jean Malaurie à l’Université Catholique de Milan, à l’occasion de la parution de l’ouvrage Equilibri Artici. L’umanesimo ecologico di Jean Malaurie
Equilibri artici. L’umanesimo ecologico di Jean Malaurie. 2016

L’essai Jean Malaurie : une énergie créatrice (Paris, Armand Colin, 2012) de l’ethnohistorienne Giulia Bogliolo Bruna vient de paraître en traduction italienne, sous le titre Equilibri Artici. L’umanesimo ecologico di Jean Malaurie, dans la collection « Ethnografie americane » chez CISU (Roma, Centro Informazione Stampa Universitaria, 2016).

Préfacée par la prof. Anna Casella Paltrinieri et postfacée par la prof. Luisa Faldini, l’édition transalpine, traduite, actualisée et annotée par l’Auteure elle-même, est enrichie d’une annexe iconographique et d’un index des noms.

A l’occasion de la présentation de cet ouvrage, qui s’est déroulée le 3 février dernier dans la prestigieuse Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano, les professeurs Davide Bigalli  (Università degli Studi di Milano), Luisa Faldini (Università degli Studi di Genova), Anna Casella Paltrinieri (Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano) et Maria Pia Casarini (Directrice, Istituto Polare « Silvio Zavatti » di Fermo) ont salué unanimes l’approche épistémologique rigoureuse et novatrice de l’Auteure qui s’est attachée à restituer, avec une intelligence emphatique et une finesse d’analyse, la biographie intellectuelle de cet illustre Savant qui a parcouru le XXème siècle en rétro-futuriste.

Par un jeu de regards croisés, les Intervenants ont décliné, en dialogue avec Giulia Bogliolo Bruna, les principaux apports de la démarche malaurienne :

  • la mobilisation d’une déontologie du regard, reposant sur une éthique de l’altérité et l’exercice pratique de la responsabilité qui s’incarne dans l’œuvre anthropologique malarienne autant que dans la collection « Terre Humaine » et rejoint l’humanisme de l’Autre-Homme cher à Emmanuel Levinas ;
  • l’adoption malaurienne de l’empathie en tant que vecteur privilégié d’accès à la connaissance (processus en « inuitisation » qui initie Jean Malaurie, en osmose sensorielle avec l’écosystème, au chamanisme boréal et à l’Intelligence de la Nature). A l’encontre du mythe de la neutralité de l’observateur, il s’agit là d’entrer en résonnance avec ses interlocuteurs pour comprendre, par observation participante et participation observante, les patrimoines de mythes, rites et croyances qui inspirent et façonnent un système social. Malaurie invite ainsi à assumer la subjectivité du chercheur pour mieux la maîtriser, rejoignant la démarche bourdieusienne (objectiver la subjectivité) ;
  • l’invention d’une nouvelle méthode accueillante et omni-compréhensive, l’anthropogéographie arctique, et l’élaboration, dans ce cadre, d’une démarche originale, la prescience inspirée. Cette approche insuffle une pensée “questionneuse” qui reconnaît la primauté de l’intuition (intuitionnisme mémoriel de double ascendance bergsonienne et inuit) et brasse rigueur épistémologique, revalorisation de la sensorialité et réévaluation de la sensibilité ;
  • la conduite d’une démarche comparatiste, d’empreinte humaniste, dans la filiation du grand résistant Boris Vildé, appelée à démontrer les passerelles entre le chamanisme inuit, les mysticismes et les pensées ésotériques occidentales. Ce qui conduit à la reconnaissance de l’égale dignité entre les pensées sauvages et les pensées occidentales ;
  • le dépassement d’une conception dialectique du devenir historique au profit d’une célébration de la métamorphose et donc de la fluence, chères aux philosophies unitaristes (d’Héraclite aux philosophes ésotériques de la Renaissance, jusqu’au naturalisme dynamique diderotien) ;
  • une interrogation profonde autour de l’universalité de la condition humaine et donc le refus de tout ethnocentrisme ou de toute hiérarchisation entre les peuples et les cultures. Cet esprit s’incarne notamment dans la collection d’anthropologie narrative Terre Humaine ;
  • une investigation originale de la morphologie sociale des communautés inughuit traditionnelles comme étant anarco-communalistes, sous un prisme d’inspiration maussienne, faisant du système-don (à l’échelle écosystémique) un fait social total. Ce qui constitue l’un des apports majeurs de la recherche malaurienne ;
  • l’élaboration par Jean Malaurie d’un humanisme écologique, d’une écosophie inspirée qui naît de la rencontre entre la philosophie naturelle des Inuit et de complexes systèmes de pensée occidentale : des Présocratiques aux Philosophes naturalistes de la Renaissance, des Philosophes des Lumières à la Naturalphilosophie allemande. A l’heure du dérèglement climatique, avec ses corollaires désastreux au plan écologique, social et économique (de la fonte des glaces à la paupérisation des zones côtières, de la fragilisation de la banquise à l’élévation du niveau des océans, jusqu’à l’intensification des flux de réfugiés climatiques), la parole malaurienne est verbe engagé qui, depuis un demi-siècle, alerte et éveille les consciences à respecter les lois de la Nature et à sauvegarder les équilibres entre l’homme et son écosystème.

Comme l’ont rappelé les Orateurs, le paradigme poly-dimensionnel et interdisciplinaire mobilisé par Giulia Bogliolo Bruna a permis d’embrasser l’heuristique malaurienne dans son organique unité et son caractère novateur.

Le public, composé de professeurs universitaires et d’étudiants de second et troisième cycle, a questionné les Intervenants sur l’originalité (au plan épistémologique) du processus en inuitisation (apprécié comme expérience de vie et vecteur de connaissance) ainsi que sur la force éclairante de la pensée malaurienne au-delà même de la recherche polaire, comme outil de compréhension d’autres systèmes de pensée.

Giulia Bogliolo Bruna

La vitrine de la librairie “Vita e Pensiero” de l’Università Cattolica del Sacro Cuore qui a selectionné parmi les nouveautés Equilibri artici : l’umanesimo ecologico di Jean Malaurie (Roma, CISU, 2016). Sur la photo, Giulia Bogliolo Bruna.
Sur la photo, de gauche à droite : Giulia Bogliolo Bruna et Davide Bigalli.

Jean Malaurie : «Il faut sacraliser l’Arctique, sinon nous allons le payer»

Journal Libération - Week-End du 3 & 4 décembre 2016 - Interview par Coralie Schaub
La nature aime l’équilibre et déteste le désordre, rappelle le naturaliste spécialiste du Grand Nord, qui a longtemps vécu parmi les Inuits. Face à l’urgence climatique, il s’inquiète de «l’indolence» de la société.

Jean Malaurie est infatigable. Premier homme au monde, avec l’Inuit Kutsikitsoq, à avoir atteint le pôle géomagnétique Nord, en 1951, avec deux traîneaux à chiens, ce jeune homme de bientôt 94 ans connaît l’Arctique comme personne. Il y a mené 31 missions, du Groenland à la Sibérie en passant par le Canada, le plus souvent en solitaire. Il a partagé la vie des Inuits, appris leur langue, écouté leurs mythes, étudié les minorités boréales, défendu leur «pensée sauvage». Naturaliste, géomorphologue et géocryologue, il a entre autres fondé le Centre d’études arctiques (CNRS et EHESS). Sa bibliographie compte une douzaine de titres, dont les Derniers Rois de Thulé, publié en 1955 dans la mythique collection Terre humaine des éditions Plon, qu’il a créée et dirigée. Ce colosse à la voix tonnante voit grand et loin. Il vient de publier deux gros livres. L’un, Arctica, est le premier tome d’une série de quatre, qui rassemblera ses 700 articles scientifiques (CNRS Editions). L’autre est la troisième édition, revue et augmentée, de l’un de ses ouvrages phares, Ultima Thulé (Chêne). Il vient de relancer la collection Terre humaine, avec l’académicien Jean-Christophe Rufin. Il y publiera l’an prochain un livre sur l’animisme, Uummaa, la prescience sauvage. Il exposera aussi en 2017 ses délicats et vibrants pastels, témoignages des émotions qui l’ont saisi dans la nuit polaire. Jean Malaurie nous a parlé cinq heures, un vendredi soir, dans son bel appartement parisien. Sans interruption, sans boire ni manger. Voici la substantifique moelle de ses propos d’éternel jeune premier boréal.

971163-malauriejpg
Dessin Christelle Enault

«Les inuits sont implacables»

«Je suis issu d’une famille bourgeoise et austère. Quand la guerre éclate, je me dis : « Si je m’en tire, je vais être actif, m’engager, je n’écraserai pas l’humilié, l’offensé. Et pour ce faire, je vais avoir besoin de me former, donc je vais aller chez les primitifs. » Je choisis le Nord, l’endroit le plus dur possible, je sens qu’il faut me briser quelque part. Et que ces peuples ont quelque chose à m’apprendre. C’est ce qu’on appelle la prescience. Un scientifique, s’il ne l’a pas, qu’il change de métier !

«Là-dessus, je travaille sur les pierres. Parce que je cherche à savoir comment est née la vie. J’étudie les éboulis, je suis un « éboulologue ». Ces formations du Groenland datent de l’ordovicien, il y a plus de 400 millions d’années, l’époque des trilobites, les premiers vertébrés. Je vois se réaliser ce qui sera au cœur de la doctrine que je soutiens avec James Lovelock, l’homéostasie (1). Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, comme disait Lavoisier. La nature aime l’équilibre et déteste le désordre.

«Ce que je fais intéresse les Inuits. Ils me disent : « Prends cette pierre et écoute, nous, on entend. » Ils considèrent qu’il y a dans les pierres une force étrange qui inspire leurs chamans. Ce qui n’est pas faux, la pierre subit des contractions, ça bouge. Peu à peu, les Inuits donnent une dimension animiste à mon travail. La nature a une vie, nous avons des sens très fatigués, eux l’entendent. En 10 000 ans, ils ont forgé une théologie de la nature : elle a ses mystères, elle est implacable, elle n’est pas bonne. On prend ce qu’il y a de bon, mais la règle absolue est de ne jamais intervenir dans ses lois. Je vis avec eux. Le soir dans mon igloo, ils sont à mes côtés, ils mangent leur viande crue, ils voient que je gratte les pierres, ils m’estiment parce qu’ils savent que c’est difficile.

«La chance de ma vie – sancta humilitas ! -, c’est que je suis très pauvre. Lors de ma première mission au Groenland avec Paul-Emile Victor, en 1948, j’ai été frappé par la dictature des sciences dures. L’expédition comptait des physiciens, des géophysiciens, mais pas de biologiste ni d’ethnographe. Une grande expédition polaire qui oublie les habitants ! En 1950, je pars à Thulé, au Nord du Groenland, où vit le peuple le plus au Nord du monde, seul, sans crédit, sans équipement et ne connaissant pas la langue de cette population. Il faut que les Inuits chassent pour moi, je suis à leur merci. Je les paie très peu, ça ne les intéresse pas, ce qu’ils veulent, c’est que je les comprenne. Ils me disent : « Douze expéditions t’ont précédé. On les connaît, ils ont des carnets, ils notent. Ils ne comprennent rien, ils ne savent pas le mystère qu’il y a chez nous. »

[…]

Coralie Schaub

Retrouvez la suite de l’interview sur Libération.fr : http://www.liberation.fr/debats/2016/12/02/jean-malaurie-il-faut-sacraliser-l-arctique-sinon-nous-allons-le-payer_1532598