Opération testamentaire de Barack Obama : sanctuarisation d’une partie de l’Arctique

Le président américain Barack Obama à Washington, le 16 décembre 2016 Photo ZACH GIBSON. AFP

Le Président Barack Obama vient de prendre une décision testamentaire qui honore les États-Unis. À un mois de son départ de la Maison-blanche, s’appuyant sur une loi de 1953, il assure la protection des eaux atlantiques et arctiques sous législation américaine. Elle ne sera pas seulement de 5 ans, mais permanente dans le temps. La quasi-totalité des eaux arctiques relevant du gouvernement fédéral, soit 46 millions d’hectares, sont désormais interdites de nouveaux forages : Mer des Tchouchtes ; Mer au large de l’Alaska. Le Premier-Ministre Justin Trudeau vient  d’annoncer l’interdiction de nouvelles explorations pétrolières et gazières dans les eaux arctiques canadiennes.

N’hésitant pas à s’opposer aux climato-sceptiques de l’entourage du futur Président Donald Trump, Barack Obama défie ainsi son successeur.  Ce dernier avait promis en effet, dans ses réunions publiques et ses interventions télévisées, de déréguler l’extraction pétrolière et gazière durant tout son mandat. Le Président Barack Obama peut être considéré par les peuples arctiques et par toutes les nations, suite à cette décision historique datée du mardi 20 décembre 2016, comme un bienfaiteur de l’humanité.

La conférence circumpolaire de fin 2017, qui est en préparation à Paris sous les plus hautes instances, ne pourra que se réjouir de cette décision de grandes conséquences pour l’avenir des  Inuits et des Nord-sibériens.

Jean Malaurie

This June 15, 2015 file photo shows kayakers trying to block the departure of the Shell Oil “Polar Pioneer” rig platform as it moved from Elliott Bay in Seattle, Washington. Oil giant Shell has resumed offshore drilling operations in Alaskan waters, the company said July 31, 2015, after one of its icebreakers was delayed for nearly two days by protesters dangling from a bridge. Greenpeace activists were suspended from a bridge and in kayaks in the water for more than 40 hours in an effort to block the Fennica icebreaker from traveling to the Transocean Polar Pioneer rig in the Arctic Ocean. Shell said drilling operations resumed July 30, 2015 at 5:00 pm (0100 GMT Friday) at the « Burger J » prospect in the Chukchi Sea, off the northwest coast of Alaska. AFP PHOTO / TIM EXTON

Jean Malaurie est contre l’exploitation du pétrole en zone arctique préservée

Réaction de l’explorateur arctique Jean Malaurie à la publication du journal LesEchos.fr « La Norvège pourrait ouvrir une zone arctique préservée à l’exploration pétrolière » le 30 août 2016.

Le gouvernement norvégien souhaite explorer les ressources pétrolières d’une zone arctique préservée. Le pétrolier national StatOil fait pression sur les autorités d’Oslo afin que soit autorisé la recherche de gisements pétroliers dans les îles Lofoten et Vesterålen.

C’est la même attitude que le Président Georges Bush jr. a eu lorsqu’il a souhaité mettre en valeur les ressources pétrolières dans une zone écologiquement protégée au Nord ouest de l’Alaska.

En tant qu’Ambassadeur de bonne volonté pour l’arctique à l’Unesco, je ne peux que rappeler les votations exprimés lors du premier congrès arctique sur les problèmes écologiques qui s’est tenue sous l’égide du Prince Albert II de Monaco et sous ma présidence. Les actes de cette important manifestation témoignent que par delà les droit territoriaux, il est un droit écologique qui doit être éminemment respecté du fait de la fragilité des zones arctiques. C’est dans ce même esprit que beaucoup d’autorités groenlandaises se sont inquiétées par les propositions du gouvernement chinois d’exploiter le pétrole et l’uranium dans le Nord-ouest du Groenland.

Cette affaire doit être suivie de très près et dans le cadre de la COP 21, il convient, avec l’appui de forces d’opposition à Olso, notamment les défenseurs de l’environnement, d’intervenir. C’est le sens officiel de ma démarche en tant qu’Ambassadeur auprès des autorités concernées à la direction générale de l’Unesco.

Jean Malaurie

http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211240655475-la-norvege-pourrait-ouvrir-une-zone-arctique-preservee-a-lexploration-petroliere-2023656.php?bCLtCkvo8U72eE5b.99

« L’Arctique ne va pas bien, j’aimerais observer l’affirmation du peuple Inuit »

CEREMONIE DE REMISE DE DECORATION
Jean Malaurie © Maxppp

Né en 1922, Jean Malaurie est ethno-historien, géographe/physicien et écrivain français. Il est Ambassadeur de bonne volonté pour l’Arctique de l’UNESCO. Il est également le directeur et fondateur de la collection « Terre Humaine » aux éditions Plon. Explorateur, il a découvert les Inuit de Thulé.

Jean Malaurie vient de publier aux Editions Fayard son nouveau livre « Lettre à un Inuit de 2022 ».
Une invitation à l’indignation, les yeux rivés vers les peuples du Grand Nord, ces grands oubliés de la COP21.

Extrait de « Lettre à un Inuit de 2022 »:

« Adressée aux citoyens du grand Nord, cette lettre est un cri d’alarme : Résistez mes amis ! En n’acceptant l’exploitation des richesses pétrolières et minières de l’Arctique qu’avec votre sagesse. L’Occident est mauvais et nous avons besoin de vous. Le matérialisme nous conduit à notre perte. Puisse le citoyen inuit de 2022 voir le rêve des explorateurs se réaliser : un pôle non pollué où régnera un humanisme écologique. »

http://www.franceinfo.fr/emission/tout-et-son-contraire/2015-2016/jean-malaurie-l-arctique-ne-va-pas-bien-j-aimerais-observer-l-affirmation-du-peuple