Aujourd’hui dans les savanturiers, rencontre avec le plus célèbre explorateur de grand Nord : Jean Malaurie par Fabienne Chauvière

par Fabienne Chauvière

Sa vie est un roman. Jean Malaurie, a 94 ans, mais il a plus de souvenirs que s’il avait 1000 ans. Naturaliste, géographe, ethnologue explorateur, ethno-historien, spécialiste des pierres et des éboulis, Jean Malaurie a mené plus de 31 expéditions dans la grand Nord.
Exploration au Pôle Nord © Getty / Kommersant Photo

A l’occasion de la 3e édition revue et augmentée d’Ultima Thulé, une merveilleuse bible de plus de 400 pages consacrés aux esquimaux et aux explorateurs du grand Nord, et dont il est l’auteur, Jean Malaurie a accepté de venir se livrer.

Il adore parler de sa longue carrière à traîneau ou en igloo, par moins 40°. Sa vie d’expéditions, d’études, de coups de gueule et de livres.

Les livres occupent une grande place chez ce grand explorateur scientifique. C’est lui qui a fondé la mythique collection Terre Humaine chez Plon. Une collection qui lui ressemble, où il mettait sur le même plan des intellectuels et des hommes du peuple qui savaient à peine écrire

Jean Malaurie a une silhouette de colosse une voix tonnante, et un humour vif. Il a rencontré Thulé, le peuple le plus septentrional de la planète, au nord du Groenland en 1950. Il connaît l’Arctique comme personne. Il a partagé la vie des Inuits, appris leur langue, écouté leurs mythes, étudié les minorités boréales, et défendu leur « pensée sauvage », et Il est toujours leur plus fervent porte- parole.

Thulé est toujours au cœur de sa pensée.

Les livres

Comptoir le plus septentrional de la Terre, situé sur la côte occidentale du Groenland, Thulé, contrée la plus reculée au monde, fut pendant très longtemps une source de mystères. À la fois terrible et fantastique, Ultima Thulé revient sur l’histoire des illustres explorateurs qui, depuis le xviiie, ont précédé Jean Malaurie sur la route du pôle Nord. S’appuyant sur des extraits des journaux de bords des explorateurs, mais aussi sur les témoignages des Inuit, des photographies anciennes et contemporaines, gravures, objets, ou encore dessins d’esquimau, cet ouvrage constitue une galerie fabuleuse sur des hommes hors du commun.

700 articles de l’auteur en géocryologie, géomorphologie, ethnohistoire et géopolitique boréale seront rassemblés en quatre volumes. Le premier est consacré aux travaux sur les écosystèmes arctiques en haute latitude : résultats d’expéditions, observations, notes et réflexions publiés depuis la fin des années 1940, avec quelques inédits. Dans une préface, J. Malaurie revient sur ses découvertes.

Fabienne Chauvière

Écouter l’émission 54’49 https://www.franceinter.fr/emissions/les-savanturiers/les-savanturiers-15-janvier-2017

« Les Inuits m’ont distingué des autres Blancs »

Tribune de Genève - le 20 novembre 2016 - par Cécile Lecoultre
A 94 ans, le Français Jean Malaurie, seigneur magnifique de l’exploration scientifique, réédite «Ultima Thulé». Son esprit tonne encore. Interview.

Jean Malaurie traîne dans sa légende des formules totémiques qui l’affublent d’une vieille peau. «Grand frère des ours» ou «Homme qui parle avec les pierres» ne s’en amuse guère, prompt à rectifier. «Je suis d’abord un naturaliste spécialisée en homéostasie, géomorphologue, géographe, géocryologue, ethnologue.» Explorateur, aussi? «Les Inuits m’ont distingué des autres blancs, ce fut ma chance! D’habitude, ils détestaient leur arrogance condescendante. Mais en mai 1951, à Thulé, ils me reconnaissent comme leur ambassadeur, un avocat dans ce drame qui se jouera dans la baie, dont ils ont la préscience. En dix minutes, j’ai été «chamanisé». Je demeure auréolé de cet adoubement.» La menace se concrêtise en juin, quand les Américains raclent la toundra pour y installer une base ultrasecrète. Le colosse, 28 ans alors, ignore que sa lutte contre l’envahisseur va durer une vie.

A 94 ans, Jean Malaurie se souvient par le détail de ce choc fondateur. «Seul sous ma tente par moins 40, orphelin de père et mère, dissocié de l’expédition de Paul-Emile Victor, sans un sou, je me demande quoi faire de ma vie. «Inuitisé», j’ai une mission à remplir, mon travail s’en ressent. Je vais résister.» Une carrière monumentale surgira. Et notamment, ce pavé réédité, Ultima Thulé. Le géo-philosophe y conte son peuple d’adoption, il se dévoile aussi père d’une anthropologie réflexive, via la collection Terre Humaine. «Je voulais rendre compte de l’histoire sociale engagée, sortir du syndrome des chercheurs qui ne parlaient, au hasard, que du Groenland ou de la Terre Adélie, pas des hommes. Des âneries pareilles, j’en ai entendues dans la bouche d’académiciens! Nous nous prenons pour le nombril du monde, et nous ignorons comment pense un intellectuel de Bombay.

Face à lui, à Dieppe, «la mer du Nord se calme, si fachée cette nuit». La colère sied à ce seigneur qui fuit «les Germano-pratins qui oublient le peuple, la pauvre Sorbonne empétrée dans sa crise intellectuelle». La conversation glisse en ondes rugissantes, il revient sur Terre Humaine, à Paris: «J’ai une personnalité affirmée. J’ai chassé l’ours. Les Sonotones du comité de l’éditeur Plon ne m’impressionnent pas.» Surtout, il rallie Claude Levi-Strauss à son projet. «Personne ne croit alors à son structuralisme, je suis joueur, je veux Tristes tropiques. Je confesse avoir bataillé pour le titre. «Tristes», ce n’était pas vendeur.»

Parmi d’autres futures plumes prestigieuses, il recrute Victor Segalen. «Poète méconnu, il est jugé invendable. Je lui dis: «Je vous consacre homme de terrain». Et ainsi de suite. Les auteurs, les traducteurs, ce n’était pas facile. La pauvreté ne se décrit pas, c’est un souffle. Or je reste un scientifique amoureux de qualité littéraire.» Il se définit encore comme natif de Mayence «avec la gaieté de cette ville, ses buveurs, son carnaval». Sa mère, hautaine aristo écossaise, l’a incliné au froid polaire plutôt qu’aux déserts de Saint-Ex. Son père est agrégé histoire-géo, catholique. «Homo religius, j’ai un défaut. En quête de spiritualité, je veux comprendre, éviter les doctrines. Sartre et l’existentialisme me découragent.»

[…]

http://www.tdg.ch/culture/inuits-m-distingue-blancs/story/28343465

Hommage à Umberto Nobile dans ULTIMA THULÉ

Dans Ultima Thulé, ce classique de l’histoire des pôles, je m’attache à faire découvrir les grands conquérants méconnus du pôle. Ayant été ami personnel, du général italien, Umberto Nobile, auquel j’ai demandé d’écrire son témoignage sur sa conquête du pôle, en compagnie du grand explorateur norvégien, Roald Amundsen, cette conquête assurée le 11 mai 1926, avait lieu à bord de son dirigeable qu’il avait construit : le Norge.

Semi-rigide, 106 mètres de longueur, le dirigeable était particulièrement audacieux. Avec une armature métallique seulement à la proue et aux fuseaux inférieurs de l’aéronef, la fragilité de l’appareil est extrême dans cet âge pionnier. S’ajoutant au danger permanent d’incendie (l’hydrogène dont est gonflé le dirigeable est éminemment inflammable et explosif), les trous dus au vol des glaçons par les hélices de bois sur la triple toile devaient être rebouchés instantanément, un à un, pour permettre ce parcours transglacial de 3 800 kilomètres.

dirigeable-norge-ny-alesund-1929
Dirigeable le Norge – 1929

Pour explorer le pôle, le Général Nobile est un constructeur de génie. Il a conçu un dirigeable qui ne se contente pas seulement de survoler une banquise inconnue, il veut participer au moyen d’un palan à l’exploration systématique, le dirigeable en étant à l’arrêt, des scientifiques devaient descendre afin de procéder aux recherches. Mais la catastrophe de l’Italia, en 1928, empêcha la poursuite de ce programme qui aurait révolutionné la connaissance de l’Arctique.

C’est un grand sujet d’interrogation que le rôle de l’opinion dans le déroulement d’une vie d’exception comme celle de Nobile marquée par un destin contrarié. Je voudrais m’attacher sur cette dernière idée en l’abordant sous l’angle du géo-historien que je suis.  Dans le tréfonds des croyances populaires – et sur l’origine desquelles il serait intéressant de réfléchir – l’inconscience des peuples serait habitée par cette idée selon laquelle, il est des rôles impartis à chaque nation. Pour des raisons propres à la géographie, à l’histoire et la psychologie, on ne voit aucun grand motif désignant l’Italie – puissance méditerranéenne – comme une nation polaire. Le partage des responsabilités est peut-être absurde. L’opinion publique commune réserve plus de crédibilité à des explorations scientifiques lancées par des nations riveraines de l’océan Arctique, plutôt que par d’autres. Et cette croyance est si fortement ancrée qu’elle parvient à oblitérer l’histoire. 9782717845136-g-z

Après le Norge avec Nobile et Amundsen, les explorateurs qui sont allés les premiers au Pôle même, en toute certitude scientifique sont : un britannique, Sir James Clark Ross, au pôle magnétique, le 1er juin 1831 ; un russe, l’Amiral Papanine, en avion, au pôle géographique qui sera exploré dans une station dérivante, le 21 mai 1937 ; un français, Jean Malaurie (moi-même), au pôle géo-magnétique, le 29 mai 1951 ; un britannique, Sir Wally Herbert, le 6 avril 1969, venant de l’Alaska et gagnant le Svalbard ; le Nautilus enfin, sous-marin américain, le 3 aout 1958. Et quels noms les dictionnaires, les encyclopédies, voire les ouvrages polaires spécialisés donnent-ils encore comme le premier découvreur du Pôle Nord géographique : l’Amiral Peary. Pourtant un grand congrès scientifique tenu le 7-10 novembre 1983, au CNRS à Paris, sous l’égide de cinq grands conquérants des pôles, a établi que Peary n’apporte aucune preuve scientifique ; Sir Wally Herbert ajoutant même que c’est une imposture.

ultima-thule
ULTIMA THULE de Jean Malaurie – éditions Chêne – novembre 2016. Paris

En vérité, l’opinion réserve, dans son inconscient collectif, le sérieux et l’efficacité aux nations anglo-saxonnes et germaniques, et très particulièrement aux peuples de confession protestante.  Il est des pays de culture, des peuples bouffons, sauvages ou en voie de développement ; il est le Tiers-Monde ; il est aussi des peuples gestionnaires et industrieux. Il faut relire l’admirable texte de Weber expliquant pourquoi l’on associe le protestantisme à l’idée d’efficacité, pourquoi la seule preuve de grâce divine réside, pour un protestant, dans la réussite des opérations qu’il engage. Et cette idée ancienne est si profondément ancrée que l’opinion commune en arrive à gommer l’histoire.

C’est pour moi un grand sujet d’interrogation que le peuple italien, si redouté et admiré lorsqu’on l’appelait romain, paraisse depuis le Risorgimento comme cantonné par l’opinion à des destins mineurs.

[Nouveauté] ULTIMA THULE, 3e édition augmentée

Comptoir le plus septentrional de la Terre, situé sur la côte occidentale du Groenland, Thulé, contrée la plus reculée au monde, fut pendant très longtemps une source de mystères. À la fois terrible et fantastique, Ultima Thulé revient sur l’histoire des illustres explorateurs qui, depuis le XVIIIe, ont précédé Jean Malaurie sur la route du pôle Nord. S’appuyant sur des extraits des journaux de bords des explorateurs, mais aussi sur les témoignages des Inuit, des photographies anciennes et contemporaines, gravures, objets, ou encore dessins d’esquimau, cet ouvrage constitue une galerie fabuleuse sur des hommes hors du commun.

ULTIMA THULE de Jean Malaurie – éditions Chêne – novembre 2016. Paris

« L’admirable Ultima Thulé, livre « malaurien » par excellence, comme on dit braudelien. Un texte extraordinairement vivant, de tout ce que nous savons sur les Inuit et, approche plus subtile, de tout ce qu’eux savent sur nous. Jean Malaurie a réussi le miracle qu’on attendait depuis longtemps des ethnologues : allier l’expérience irremplaçable du terrain à un savoir pluridisciplinaire. Il nous fallait une Bible sur les Esquimaux : Malaurie l’a faite ».
Pascal Dibie, Le Magazine littéraire

http://www.editionsduchene.fr/livre/jean-malaurie-ultima-thule-3238763.html